Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 10:49

quelques billets si vous les souhaitez avant de clore ce feuilleton d'été ,les lieux ne valent que par les gens qui les peuplent et les ames qui les fréquentent

 

au lendemain de la fameuse tempête nous avons donc pris l'avion avec les enfants pour aller "signer" ;

le seul vrai souvenir que j'en garde fut le notaire qui annonca que le prêt que nous avions contracté s'acheverait en ..2015 ! cela nous paraissait une  éternité,a se demander si nous serions toujours vivants !

quand il fallut reprendre l'avion ,les éléments se déchainerent a nouveau et l'on se souvient qu'il eut une deuxiéme tempête ce mois de decembre là,

bloqués a l'aéroport la compagnie aérienne nous procura un chambre,cette tempête me semblait bien plus dangereuse que les mygales guatemaltéques !    

feuilleton N°11 derriére les lieux il y a des êtres,jean de boishue

C’était une époque où nous nous fréquentions beaucoup avec jean de boishue et Elisabeth son épouse, une garçon d’une culture rare, d’un commerce délicieux, élégant et courtois,maire de bretigny sur orge ,député , vice-président du conseil général ,ministre éphémère, ultra proche de philippe seguin,et de francois fillon,

jean m’ a confié la tâche, que je crois avoir mené à bien, techniquement et financièrement, de réaliser les archives départementales de chamarande

cela n’a rien a voir avec cette histoire , mais un jour ,il m’invite a boire un café a evry dans un bistrot pas loin du conseil général ,il me dit « je vais soutenir jacques chirac pour la présidentielle » …

cela me laissa dubitatif ,c’était une époque où la presse, les sondages, l’opinion publique voyaient balladur se faire élire dès le premier tour

je tentais de le dissuader de se lancer dans une aventure suicidaire, chirac qui n’a jamais été ma tasse de thé, naviguait aux alentours de 8 % d’intentions de votes et je voyais dans sa fougue ce coté russe ,moujik fonçant sabre au clair se faire massacrer par fidélité,

encore que l’engagement total de jean de boishue ait été aux cotés de Philippe Seguin il m’expliqua avec passion et talent pourquoi jacques chirac allait gagner ,sincérement je ne pouvais y croire,

quelques jours avant, un élu départemental très puissant m’avait demandé, lui aussi, de signer une lettre de soutien a chirac qu’il m’assurait qu’il garderait dans son coffre et qu’il ne sortirait qu’en cas de victoire….la politique qui me fait vomir

pour en revenir a nos aventures azuréennes, a mon retour,je racontais a jean notre achat ,il sursauta et éclata de rire, il avait une maison a quelques kilomètres a entrecasteaux

il possédait là, une maison de pierres où ils nous accueillirent avec Elisabeth qui me laissera un souvenir impérissable, en effet, dans le salon, salle principale de la maison ,il y avait une ouverture ronde immense, fermée par un vitrail extrêmement sobre

jean m’expliqua que c’était l’ancienne maison du gardien du Thoronet dans les années….et que le vitrail provenait de là …quand jean du vendre sa maison au décès d’elisabeth,cette femme formidable, j’essayais timidement de lui racheter le vitrail mais il allait désormais avec la maison

le thoronet voilà encore une des belles surprises  de notre maison ,ce monastère magique est situé a proximité et il ne se passe pas un été sans que j’éprouve un vrai plaisir et au-delà, a faire découvrir ce chef d’oeuvre aux gens qui nous visitent

feuilleton N°11 derriére les lieux il y a des êtres,jean de boishue

impossible de clore ce chapitre sur jean de boishue,sans avoir  une pensée pour lui et pour ce bon livre qu'il avait écrit et qui lui valut tant  d'ennuis, "banlieue mon amour" il y a quelques temps j'écrivais un billet sur la sincérité et je pensais a jean

feuilleton N°11 derriére les lieux il y a des êtres,jean de boishue

jean est un gaulliste social ,un amoureux éperdu de la tolérance et de toutes les formes de culture,il a écrit son livre a fleur de coeur, mais toute prase,toute expression peut être détournée de sa sincérité première

quand bedos dit "sale juif !' toue la salle rigole ,quand on vomit le racisme ,on ne peut pas imaginer d'être taxé de racisme c'est ce qui est arrivé a jean ,dans une manipulation médiatique parfaitement décrite dans la "face cachée du monde" soutenue par quelques médiocres locaux qui rêvaien de détruire son image

on peut rire de tout  mais avce n'importe qui disait desproges,on aledroit d'être au premier degré qu'avec ses amis proches  

souvenir de ce mois d'avril 2000 sur la terrasse de notre masion en travaux avec jean et élisabeth,premiers visiteurs

mais il y a eu bien des gens a fréquenter ces lieux en quinze ans ...surtout il y a ceux que cela m'a permis de rencontrer

 

 

 STOP OU ENCORE ,

 

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 10:26

nous arrivons doucement a la fin des vacances et a la fin de cette petite chronique,je crois que la vie n'est que le regard que l'on porte sur elle,c'est ainsi que, pour un même fait ,un même détail ,certains le tiendront pour insignifiant et d'autres chercheront a en tirer la substantifique moelle.

il me faudrait des pages pour vous raconter cette fourmillère géante du guatémala, sans doute mon absence de concision ou mon désir de vous entrainer dans un monde plus onirique

comme chacun de nous ,j'ai eu mes périodes ,je suis sur que ceux qui haissent ne peuvent conjuguer le verbe aimer,ils sont entièrement du coté noir dans la vie ,quelques commentaires sur ce blog témoignent de cet état bien triste

je crois aussi que c'est ce qu'encourt toute personne qui communique ,de provoquer de grandes affections et comme un effet miroir de devenir l'abces de fixation de déséquilibrés ,les vedettes sont accompagnées de garde du corps non pas vraiment pour les protéger de leurs fans mais bien de ces gens qui chaque jour se convainquent un peu plus qu'il faut les éliminer

heureusement j'espère ne pas en être là !

pour en revenir a ce petit feuilleton ces quelques billets ne sont que les prémices,la mise en situation des belles rencontres,des instants quasi sacrés d'intimité et de partages qu'elle nous procure,ces instants  où le temps finit moins par compter

 

feuilleton °10 quand il faut il y aller ...

Si le rendez vous était pris chez le notaire a dix heures du matin ,nous voulions battre le fer tant qu’il était chaud ,gérard avait un ami maçon,le courant passait bien avec nous ,nous ne connaissions personne…c'est pourquoi avant d'aller chez le notaire ,nous retournames a la maison pour rencontrer serge ,un macon ,entrepreneur ,avec un vrai accent du midi et un physique bien malgache

nous sommes donc remontés sur la colinne,je lui ai expliqué mètres par métres ce que je voulais ,au bout de 5 minutes ,il me demande si je suis  architecte ,je lui réponds que non et que je n'en veux pas,il confirme "j'aime pas ca" ,vous me faites un crobar et je vous fais un devis....

avec la "réputation" du sud ,j'étais bien curieux et plutot inquiet mais cela c'est une autre aventure

nous avons filé chez le notaire,devant le porte de l'office notarial ,je me suis arrêté ,et j'ai dit a esther "on signe a une condition : on continuera de voyager "

cet engagement a été respecté,l'année suivante nous faisions un voyage incroyable sur le nil avec les copains et cela aussi c'est une autre histoire

feuilleton °10 quand il faut il y aller ...

le notaire de lorgues fit son travail avec un vague renseignement d’urbanisme pour la maison ,cela m’étonna mais c’est semble t il l’usage ici

nous reprîmes l’avion pour l’ile de France, moi chargé des mesures de toutes la maison et commencant pendant le vol a dessiner a l’aide d’une feuille a petits carreaux ce que j’avais dans la tête

Nous nous préparions a revenir signer la vente définitive le 26 décembre 1999…..

je n’en ai plus la mémoire mais tout allait très vite ,et mes « plans » magnifiques furent expédiés a serge par fax,les ouvertures,les yeux de bœuf ,cela devait se faire en deux tranches ,la première dans le bâtiment existant, le temps d’obtenir le permis de construire pour l’extension prévue Les jours passèrent, j’avais hâte de recevoir les devis pour savoir si j’étais considéré comme un pigeon dodu ou non. J’eus rapidement le résultat et je fus surpris car tout y était raisonnable, une véritable surprise, j’ai l’habitude des devis de construction, ce qui me fit conclure l’affaire et fixer le début des travaux a début janvier, quelques jours après la signature

la maison grise allait prendre des couleurs et s'ouvrir a la lumlère

feuilleton °10 quand il faut il y aller ...

Je ne garde pas la mémoire de ces mois qui nous séparèrent de la signature, juste le projet de mes enfants d’aller passer le nouvel an dans la « nouvelle » maison en profitant de billets de tgv a 10 euros ,expédition qu’ils montèrent avec leurs copains et dont je ne murissais pas d’inquiétude puisque tout allait être rasé

a contrario je me souviens de ce noel 1999, surtout du lendemain ,la veille de notre envol pour le sud et la signature, la France fut secouée par une tempête de belle manière, dans un paysage partout dévasté, nous primes l’avion avec les enfants  quelques heures après que les liaisons aériennes furent rétablies et nous avons atterri a Nice pour signer l' acte conclusif de cette nouvelle aventure

feuilleton °10 quand il faut il y aller ...
feuilleton °10 quand il faut il y aller ...
feuilleton °10 quand il faut il y aller ...

une habitude ,en effet ,j'ai pris un des premiers avions qui reliaiet la france aux états unis après le 11 septembre et là ce n'était plus le stress de tout un peuple ,c'étaient les élements qui ne s'étaient pas encore calmés

 

stop ou encore ?

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 20:49

a janvry ,l'été au bar de la plage ,vous pouvez bénéficier de pépites, il y a quelques années,j'en ai déja parlé ,mon amie isabelle olivier a débarqué sur notre plage avec youn sun nah,incroyable et adorable chanteuse de jazz dont la voix a fait acheter des  centaines de milliers de disques de part le monde

les pépites du bar de la plage de janvry

samedi prochain a l'occasion de notre barbecue traditionnel ,c'est un nouveau phénoméne que nous présentera isabelle ,un peu surréaliste d'imaginer que kristiana Roemer soit là, dans notre petit village

chercher sur google vous allez comprendre ,chantant devant des salles combles et partout dans le monde

https://www.youtube.com/watch?v=VlF9BGL_YFk

 

les pépites du bar de la plage de janvry

https://www.youtube.com/watch?v=5-jerGRT8qc

c'est cela que nous vous offrons a janvry samedi prochain pour le prix d'un repas a 12 euros ! c'est une véritable émotion et une veritable fierté

pour reserver votre repas 0164900937

et vous pouvez partager !

 

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article
11 août 2015 2 11 /08 /août /2015 09:44

cette chronique va s'achever doucement

il me resterait bien des choses a dire,allez quelques épisodes possibles,

cela m'a pris un peu de temps et surtout je n'ai pas formidablement avancé dans ce petit roman qui me tient a coeur et qui n'a pas encore le volume suffisant pour être présentable

,chaque jour je m'installe devant la page blanche et cela avance a la vitesse d'un ..déambulateur.

il faut dire que je ne l'écris que l'été et que j'ai remanié tout ce que j'avais écrit auparavant ce qui n'est pas de nature a faire avancer les choses

,j'ai rencontré un jour, un écrivain ,un vrai ,un formidable ,il avait mis huit ans a écrire son bouquin ,mettant tout a la corbeille régulièrement !

mais je ne me compare pas a  andré schwartzbart ,nom qui ne doit rien vous dire et pourtant...  il a écrit "le dernier des justes" qui a marqué mon adolescence,sans doute la raison pour lequel le mot juste revient souvent dans mon vocabulaire

feuilleton n° 9 : chronique annoncée  d'une aventure

Gérard nous l’avons retrouvé en fin d’après-midi chez notre fameux « tony » pizzaiolo fêtard de son état,

Gérard un quadra musclé ,un « frère de la cote », un peu « Bad boy » ,dont la vie avait dû aborder le côté sombre de la force, divorcé ,un enfant

,il avait fait bien des métiers ,vécu bien des aventures, tenu un bar dans la ville voisine ,fait de l’immobilier ,il nous entrainera bien plus tard dans des boites de nuit où il semblait bien connu et où sa bouteille l’attendait,

le charme ambigu de ceux que la loi n’effraie pas totalement,un feeling immédiat ,pas la sensation d'être dupes,en affirmant qu'il y a eu de la sympathie, de la confiance,que sa vie avait été malmenée ,qu'il ne vendait pas forcément avec un immense plaisir ne serait ce qu'a cause de son fils mais qu' a nous cela lui allait ,

l'avenir le prouvera car bien des fois ,il nous a invité a diner a saint raphael et nous nous sommes retrouvés chez tony ou a la maison  

Une rencontre simple, en dix minutes nous tombâmes d’accord pour signer une promesse de vente…. dès le lendemain chez le notaire, en urgence avant de prendre l’avion

Nous savions que nous allions acheter une maison ,nous ne savions ni l’adresse ,ni le village où elle était située ,nous ne savions même pas où nous nous trouvions ,comme un bateau qui aurait été pris par la tempête et qui échouerait sur une ile inconnue 

feuilleton n° 9 : chronique annoncée  d'une aventure

il nous restait a passer la nuit dans le secteur,essayer de repérer où nous étions,ce fut une nuit dans la forteresse du logis du guetteur aux arcs qui nous permit de "mouliner" trannquillement l'inconnu qui s'ouvrait devant nous,le choix si soudain ,si irréfléchi,sans discussion possible

feuilleton n° 9 : chronique annoncée  d'une aventure
feuilleton n° 9 : chronique annoncée  d'une aventure

nous allions acheter une maison étrange a la moitié du budget que nous nous étions fixé mais avec le défi  de la bouleverser profondément ,de la ré orienter,tout en n'habitant pas là ,tout en a s'adressant a des gens d'ici dont chacun nous dit qu'ils sont pas très sérieux ,pire qu'ils voient arriver le pigeon avec du calibre  12

 

vous le le destin vous y croyez  ? moi oui

 

 

STOP OU ENCORE ?

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article
8 août 2015 6 08 /08 /août /2015 09:15

étonnanment il ne reste pas de documents, presque rien de toutes les photos que j'avais faites ,voici donc la suite,la patience ,la votre est récompensée

feuilleton n°8 : la maison qui parle

Dieu que cette maison était sans âme ,l’enduit gris léché par les pins qui frottaient sa facade dans cet après- midi venteux et pluvieux,de petites fenêtres étriquées et des volets tristes eux aussi, sans pouvoir vous expliquer pourquoi

Une maison qui n’avait rien de provençale, construite dans les années 70 par des belges,ils l’avaient conçue comme une maison des flandres ,rectangulaire ,massive

la méchante porte d’entrée a hublot vitré et grillagé sortie tout droit des soldes de chez lapeyre

Le petit couple de personnes agées a ouvert la porte et nous sommes entrés dans cette maison dont l’intérieur était a l’image de l’extérieur ,des couloirs, des portes a vitraux « cathédrale » d’un jaune pisseux se multipliaient et claquemuraient tous les volumes ,comme dans les pays froids pour isoler ,pour protéger du froid ,pour passer d’une pièce a une autre ,il fallait passer par un couloir et ouvrir successivement deux portes

feuilleton n°8 : la maison qui parle

Cette description est a l’aune de cette journée sans enthousiasme ,mais au risque de d’être pris pour un fou ,a peine étais je entré, que cette maison m’a « parlé »

,je passais d’une pièce a l’autre certain de ce que j’allais y trouver et chacun de mes pas voyait des murs ,des couloirs ,des portes disparaitre ,des arches se créer ,des salles de bains apparaitre

mes yeux devinaient les ouvertures prêtes a se faire pour faire rentrer l’air et lumière

Prenez-moi pour un fou, mais je me suis isolé un instant et devant moi, un carreau du sol a attiré mon attention, plus que cela …

feuilleton n°8 : la maison qui parle

Cette maison perdue au bout d’un chemin inconnu, moche a pleurer, très loin du cahier des charges, d’une "villa dans un lotissement sécurisé",

cette maison ,était prête a sortir de sa gangue et chaque centimètre avait déjà sa destination et je sentais que nous y aurions notre place,que les amis y seraient heureux ,que la sérénité était a portée de main

Un chemin ,une piste qui aboutit a une cote impossible pour aboutir a un plateau de plus d’un hectare ,

 

feuilleton n°8 : la maison qui parle

,le premier voisin a 300 ou 400 mètres au sud et a l’est

a des kilomètres à l’ouest ,

une « ile » dans un océan de verdure,

une maison si cubique ,si moche qu’elle permettait de la reconcevoir sans scrupules

Après une petite demi-heure de visite, la boule au ventre ,la certitude était installée ,il nous fallait rencontrer Gérard le propriétaire, pour parler de choses sérieuses

 

STOP OU ENCORE ?

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 07:11

ce matin,petit dejeuner en tête en tête avec la merveille,la maisonnée dort  et pendant que je prépare le petit déjeuner pour tous ,elle est arrivée les yeux embrumés

je n'ai pas eu de grand père ,je ne sais donc pas comment il est séant de  se comporter ,je serais plutôt a lui montrer des bêtises et a me venger de celles de son père quand il était enfant  qu'autre chose

tête à tête avec la merveille
tête à tête avec la merveille

je suis fasciné par l'energie et le caractère infatigable de ces êtres en devenir,pétri de respect pour  tous ces parents qui "encaissent" cela sans broncher, qui montrent une infinie patience a commencer et a recommencer ,qui sont capables de comprendre une phrase dans un torrent d'onomatopées

touché par l'instinct de protection qu'ont les animaux a l'égard des enfants ,dentzel doit voir la tête trois fois grosse comme chloé et trois fois son poids,il est étonnant de voir ce qu'il supporte et l'attention qu'il lui porte

tête à tête avec la merveille
tête à tête avec la merveille

pendant ce petit déjeuner ,la petite regarde autour d'elle en machonnant sa brioche et me dit "papou ,le jardin est très propre et c'est beau" et de m'énoncer ce qui est beau en commencant par les plantes etc...

outre le premier degré du compliment ,c'est cette sensibilité au "propre" ,en fait a un certain ordre, a la beauté qui m'interpellent 

ces notions seraient elles donc des fondamentaux et non le produit de l'éducation pour qu'une enfant de trois et demi soit sensible  a un certain ordre et a la beauté des choses ?

la nature est elle une forme de désordre ou a contrario un ordre parfait que nous dérangeons,le combat contre le chaos est il inscrit dans nos gênes  ?

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 12:04

ce feuilleton tiendra t il tout l'été ? pas sur !certains voudraient que j'accélère ! nous ne sommes que début aout ! et puis j'ai un roman a écrire !

feuilleton n°7 : au hasard d'une pizza

En remontant l’avenue principale a double rang de tilleuls,une pizzeria chez "tony" d’où filtre une faible lumière ,

en fait une seule ampoule allumée,les pizzerias; c’est le mode de restauration le plus develloppé dans le monde ,c’était visiblemet fermé, mais esther était dans le déni ,il fallait trouver un havre ,une pause dans cette journée qu’elle avait voulu et qui virait au désastre

Elle rentre dans la pizzeria acceuillie par un bruit de coups de marteau et de derriere le comptoir surgit une tête qui lui confirme que c’est fermé,

ai-je une femme autoritaire ? capable de convaincre ? d’user de persuasion ou de charme ?

il n’empêche qu’elle vint me chercher triomphante en m’expliquant que le monsieur acceptait de nous servir

Nous voilà ,installés dans ce restaurant pas éclairé de peur que d’autres clients ne poussent la porte, comme des naufragés qui finissent par être heureux de leur sort

feuilleton n°7 : au hasard d'une pizza

Immédiatement elle m’indiqua son intention de demander au fameux tony s’il ne connaissait pas une maison a vendre

,je l’implorai d’arrêter les degats,nous allions reprendre l’avion et rentrer a janvry ,autant chercher a canaliser le vent

A l’instant où le fameux tony déposait deux pizzas fumantes,elle lui demanda si il ne connaissait pas une maison a vendre ….mais si bien sur,il avait un pote qui avait une maison  a vendre

mais bien sur il allait lui téléphoner,pour moi le cauchemar recommencait

Il revint ,son ami n’était pas disponible…je poussais un soupir de soulagement…mais ses parents arrivaient et nous accompagneraient pour nous la faire visiter ….

feuilleton n°7 : au hasard d'une pizza
feuilleton n°7 : au hasard d'une pizza

A l’heure dite deux personnes agées arrivérent ,nous saluames le serviable tony et commencames a suivre nos guides,chacun dans sa voiture

tout d’abord la nationale 7,puis une tangente qui longeait des vignes ,arrivés dans un village dominé par une tour sarrazine , un pont enjambant unerivière asséchée (elle ne le sera pas toujours )une cote ,une interminable cote ,où nous finissions par nous demander où ces deux là nous entrainaient,nous avions la sensation qu'ils roulaient vite, comme si ils voulaient nous contraindre a nous concentrer sur la route plutot qu'a la destination,une sorte de course vers l'inconnu

puis un chemin étroit qui déboucha sur une piste improbable et la voiture devant qui continue a rouler,dans  la poussière et les chaos ,des zigs zags pour éviter les trous trop marqués et l’idée que m’on nous entraine dans un traquenard, que là haut on nous attend pour nous dépouiller

,,la piste se prolonge par une cote raide comme la justice ,

on débouche en pleine nature sur le haut d’une colline , c’est là ,3 hectares ,une maison grise dans les pins, pour la première fois de cette abominable journée tous mes sens se sont aiguisés

 

stop ou encore ?

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 15:18
faut il avoir des prudences dans la sincérité ?

hier soir ,il était plus de onze heures ,et nous étions sur mon petit banc ,que les habitués connaissent,avec un ami ,un verre de farigoule a la main

il est lecteur de ce blog  et m'a posé une première question

"quand même ,quand on voit ta production,,ce blog ,c'est une addiction "

je crois que cela l'a étéle cas  ,a une époque ,où mon premier acte sur internet était de voir le nombre de lecteurs de la veille,comme un pêcheur tire son filet de la mer pour mesurer le résultat de ses efforts ,avec le risque certain de vouloir faire de l'"audimat",cela a existé ,car tout action a son adolescence

il n'est désormais pas rare que je laisse passer une semaine avant de vérifier si mes billets ont été lus

ce n'est donc pas une addiction ,mais la sensation incroyable de lancer des bouteilles a l'humanité des hommes, a chacun d'entre vous, et d'en espérer un écho

bien sur,me direz vous,quand je me fais brutal et tranchant ,on en est droit de se demander où réside l'humanité ,pour moi elle est là aussi ,dans la capacité de résister ,de s'insurger ,dans notre volonté d'authenticité

faut il avoir des prudences dans la sincérité ?

il me demanda  ensuite ,avec  diplomatie ,si je ne craignais pas de m'exposer autant,'pour vivre heureux ,vivons caché",

si d'étaler  aussi publiquement ma vie ,mes sentiments ,n'était pas dangereux,que cela pouvait créer des jalousies,donner même des leviers pour me nuire

je l'ai déja écrit ,cacher,dissimuler ,se préserver est pour moi un aveu de faiblesse,on ne cache que ce que soit même on estime comme une faille

les naturistes ne sont pas impudiques,ils témoignent, pour la plupart, que leur corps ,quelque soit ses disgraces ,n'est pas un probléme pour eux,a contrario ,la personne qui se regarde trois fois dans la glace avant de descendre a la plage avoue ses complexes et ses inquiétudes

moi-même,je ne m'aime pas ,j'ai le corps disgracieux,de pouvoir le dire est un signe clair que j'assume,mon impudeur quant a ma vie a ses limites,mais je crois que la sincérité est une force

on souhaiterait que je cache prudement que je suis issu d'une famille qui était a l'abri du besoin ,ce n'est pas une honte,et puis c'est précaire !

on m'invite a éviter de parler de voyages ,de vacances qui révèlent certains moyens ? mes revenus sont déclarés ,je ne vole rien ni au fisc ,ni a qui que ce soit

je me mefie a contrario,des gens secrets ,qui dissimulent leurs belles voitures dans des garages sombres  dont elles ne bondissent que pour des départs en vacances ,je me mefie des gesn incapables de pleurer en public ou de dire je vous aime

je veux partager ici et je le fais avec bonheur,la beauté d'une aube,le bonheur d'une enfant badigeonné de nutella ou ma révolte face a ce que je considére comme de la bêtise voir pire

je me découvre en espérant que l'on me découvre avec la certitude que c'est une preuve de sérénité

 

faut il avoir des prudences dans la sincérité ?

alors oui,si j'étais calculateur,je rangerai mon ile et je la réserverai a quelques intimes,mes dromadaires ne seraient pas aussi omni présents ,cela me donnerait plus de crédibilité politique,je parlerai en sous entendus comme certains de ma connaissance ce qui laisse a penser qu'ils sont intelligents

moi,c'est le bonheur que j'ai envie de partager ,ce sont ces impossibles rendus possibles que j'ai envie de voir le jour ensembles;c'est ce qui fait la vraie vie,depuis le rire d'un enfant jusqu'a la naissance d'un chevreau ,

bien des fois ,j'ai été dupe, mais peut etre ai je donné la sensation de duper ce qui me blesse,car jamais ce ne fut mon chemin .je crois formidalement en l'homme et a cette lumière au fond de lui qu'il faut peu ,en fait ,pour attiser

un commentateur sur ce blog  qui ne doit pas m'aimer me traitait de fanfaron,possible,,cela vient de fanfare,il m'envoyait seulement le message que la voie que nous emprumptons est insupportable a d'autres,je les plains

mais si un fanfaron est quelqu'un qui dit ce qu'il fait et fait ce qu'il dit ,ce blog en est l'arbitre,alors je dois être un fanfaron

j'ai rompu un engagement celui de publier  une fois par mois ,une couverture de charlie hebdo et cela depuis que j'observe les combats glauques qui s'y déroulent pour se partager la recette des ventes folles qui ont eu lieu

faut il avoir des prudences dans la sincérité ?

je sais que je suis coutumier d'une  démarche considérée comme atypique  et différente que celle des gens qui sont tournés vers la res publica

,a mes yeux ,ils l'ont perverti,  a moins que je  ne sois complétement dans l'erreur,et das ce cas j'aurais perdu 30 ans de ma vie,je ne le crois pas quand j'observe les belles personnes de mon petit village et ce qui s'y vit  

si le cynisme et le calcul depuis machiavel doivent imposer leur loi,ce sera ma révolte au quotidien avec rage et passion  

désolé donc pour ceux qui pensent me préserver ,mais je continuerai ce chemin ,je serai un naturiste de la vie publique

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 10:08

les problémes d'internet semblent régler ,on va pouvoir continuer,il ya quelues jours, un dame de taradeau que je ne nommerais pas a qui j'achetai quelques légumes me tend mes achats en me disant "la suite ! la suite ! je ne mets pas de commentaires mais j'attends la suite !:"

elle a tort de ne pas en mettre, car moi je crains d'ennuyer

 

Devant nos airs contrits ,et l’agacement de plus en plus affiché de notre courtière en immoblier,celle-ci souhaita nous entrainer a ramatuelle pour un « produit » qu’elle venait de rentrer qui n’était pas dans une résidence mais qui correspondait tout a fait a nos attentes considérant notre budget …

ce pavillon jumelé avec de « belles prestations » dont les volets de « chambre parentale » ne pouvaient pas s’ouvrir du fait de la haie du voisin, mais qui bénéficiait d’un garage aménagé cladestinement permettant de « louer en saison aux serveurs et personnels employés a saint tropez a des prix très intéressants « (sic,)d’un jardin qui n’avait plus vu d’herbe depuis très longtemps de 300 m2, au milieu duquel apparaissait un truc de 2m X4 dénommé piscine,taille maximum autorisée par le plan local d’urbanisme

Se projeter pour des vacances dans un tel lieu, ne demandait aucune imagination, mais produisait une forte consternation,

cet ultime « propriété » était au bord d’une route de surcroit ,et quand on a demandé a la « dame » où menait la route en question,du bout des lévres ,elle a expliqué que c’était la « route des plages » et qu’effectivement en été ,il pouvait y avoir de la circulation voir des embouteillages,

feuilleton n°6 . trop c'est trop ,le salut est dans la fuite

une maison facile a rentabiliser en jouant les marchands de sommeil,les ténardier de l'été  et pourquoi pas une baraque a frites au portail .....que la jungle guatemaltéque était loin !

C’est là ,où  enfin ,direz vous une formidable envie de révolte est née au plus profond de moi-même, une sorte d’instinct de survie,une bonne raison de résister a la fatalité,

j’ai abrégé la « visite » et la description de la cuisine aménagée "a l’americaine" "qui servait de salle a manger-salon-avec-un-canapé-convertible-permettant-de-coucher-deux-personnes, j’ai poussé mon épouse dans la voiture et pris la fuite vers le nord,

comme les poissons filent vers le large,comme les animaux s’enfuient dans la jungle la plus épaisse.

Je dois avouer qu’Esther ne fut pas difficile a convaincre que tout cela était une conception apocalyptique des vacances pire presque que les scorpions de petex batun

feuilleton n°6 . trop c'est trop ,le salut est dans la fuite

C’était un lundi pluvieux de la mi octobre,

nous roulions pour nous éloigner de la mer ,véritablement fuir  ce monde qui n'était pas le notre

une route inconnue dans le silence de la digestion d’une matinée un peu humiliante et consternante

nous devions reprendre l'avion le lendemain,une journée a tuer dans cette grisaille,

sans appétit réel a quoi que ce soit et moi je me demandais si un jour ,nous partitrions avec les copains sur les canaux de patagonie qui sont parait il sublimes ... ce dont j'étais sur c'est que nous n'acheterions pas une maison dans un lotissement sécurisé sur la presqu'ile de saint tropez et cela ne me traumatisait pas

A force de rouler ainsi ,c’est a l’heure du dejeuner que nous atteignimes la ville du muy,

le muy ,un lundi sous la pluie d’octobre,ce n’est pas très sexy,tout est fermé,les rues sont désertes,il fait froid et l’on cherche a deviner une trace de vie humaine a travers le balai des essuie glaces

stop ou encore ?

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article
2 août 2015 7 02 /08 /août /2015 09:42

il y a quelques jours la planéte entière s'émeuvait du hobby d'un dentiste américain qui consiste a tuer les plus beaux  specimens que la nature sauvage puisse produire

un lion est mort
un lion est mort

devant le dégout et l'indigation générale ,un contrefeu se mit en place ,

"vous n'êtes pas gênés de vous émouvoir pour un lion, tandis que des enfants se font massacrer en syrie ,en irak et un peu partout dans le monde ?

un lion a plus d'importance qu'un enfant chrétien d'orient ou qu'un petit erythréen ?"

c'est une méthode facile et efficace ,toute personne qui commet un délit se justifie en annoncant les délits plus graves qui se commettent et qui ,en quelque sorte ,le dédouanent

Ces gens n'ont pas tort ,nous banalisons l'horreur ordinaire du nigeria ,des etudiantes de boko haram que nos elus ont pleuré un temps avant de les oublier et la liste est longue

une amie journaliste m'expliquait la notion d'"émotion/kilométres" plus c'est loin plus il faut de morts pour que nous soyons atteints

le drame de charlie hebdo conduisit des millions de personnes dans les rues ,il se déroule chaque jour aux quatres coins du monde dans une totale indifférence

il y a des élevages entiers de lions,d'ours ,et de toutes sortes d'animaux sauvages qui n'existent que pour que des chasseurs puissent assouvir leur "passion"

on se souvient de cet épisode pitoyable du président gscard d'estaing souhaitant aller chasse l'ours dans un pays de l'est.... en plein d'hiver et qu'il fallut sortir la malheureuse bête de son hibernation et la transporter dans le même avion que son chasseur pour la lacher encore engourdie sur le territoire de "chasse" face au fusil présidentiel....

l'ours valentin qui se produit avec frédérique a notre fête médiévale a pour papiers d'importation un intitulé américain qui fait froid dans le dos "trophée de chasse"

dans mon village ,avant chaque chasse aux faisans , on voit tot le matin la livraison des volatiles ....

Que ce soit le lion cecil ou les journalistes de charlie hebdo ce qui révolte ,c'est bien entendu le symbole,détruire un symbole ,tuer une icone c'est cela qui réveille nos fondamentaux

hier je regardais un reportage sur des importateurs d'oliviers provenant d'espagne a destination des villas de cote d'azur,on voyait des oliviers millenaires aux troncs tordus par les siécles aux branches tels des anacondas flottant dans l'air  se faire découper a la tronconneuse et taillés pour prendre le moins de place possible dans les semis remorque,

un calcul financier qui en fait mourrir une partie mais peu importe ,que sont ces oliviers au regard des drames internationnaux ?

rien sauf qu'ils procédent de la même barbarie et que rien fait revenir une vie, comme rien n'achéte 1000 ans de croissance lente

l'homme qui abat un olivier millénaire,qui tue un lion  rarissime, qui détruit des boudhas géants ,ou qui s'attaque au site de palmyre nous révulse car nous savons  que cette terre ,elle nous est confiée par nos enfants,qu'il commet un irreversible vis a vis de la création  

quotidiennement nous la dilapidons au nom du plaisir d'un instant,sans vergogne ,sans la moindre domination de nos passions,aujourdhui je plante des arbres pour mes enfants ,pour chloé ,ce n'est pas héroique, ni exemplaire,c'est une impérative obligation et ce n'est bien sur pas suffisant

alors oui et désolé pour les quelques amis qui me restent  parmi les chasseurs ,le bonheur de tuer me semble un défaut d'humanité

la chasse c'est pour manger et nourrir sa tribu,j'ai vu un berger corse pleurer et s'excuser avant de tuer le mouton qui servirait a nourrir une troupe d'enfants qui campait a coté de la bergerie ,le respect a la vie sous toutes ses formes me semble un marqueur de civilisation 

on pourra me  dire que je mange de la viande et des cuisses de grenouilles et que si connaissait les conditions  d'abattage....mais ce qui est triste c'est de tirer du plaisir de la mort ,les photos publiée par ce "chasseur" parlent d'elles mêmes

un lion est mort
Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article