Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 09:46

Ce soir,les septs communes de la communauté de communes qui en ont fait le choix et gif sur yvette,siégeront pour la première fois a l'assemblée constitutive du nouveau parc naturel régional de la vallée de chevreuse.

 

Une véritable émotion pour moi et pour Nicolas,car ce combat a été payé d'un prix très lourd,notament de relations détériorées avec des gens qui y étaient violement hostiles.

Une obstruction que certains ont mené jusqu'au bout pour tenter de nous empêcher d'y rentrer,jusqu'a une tentative désespérée de recours contre une délibération de la communauté de communes comme le confiait un représentant de l'état qui a du expliquer qu'elle était parfaitement légale et parfaitement executable.

De "beaux messieurs" qui revendiquent la liberté d'administration de leur commune mais qui ne se privent pas pour essayer d'intervenir dans la vie de la commune voisine.

Heureusement qu'ils ne sont pas aux commandes de la communauté de communes ou du canton,on voit bien comment ils géreraient les choses.

tout est bien qui finit bien pour un certain nomlbre de communes et de leurs habitants,nous allons donc faire la fête.

NON2011-711.jpgDans quelques jours, avec les élus des autres communes concernées ,nous aurons le plaisir d'accrocher ce panneau a l'entrée de nos villages,cela me rappelle ces dessins de Lucky luke,où a l'entrée des villages ,on lit "étranger,tiens toi bien ,si tu ne veux repartir enduit de goudron et de plumes",notre panneau moins xénophobe,signifie aussi ,"promoteur bétonneur passe ton chemin,ici ,on privilégie l'homme et l'environnement" 

Le grand défi qui s'ouvre a nous, est de pouvoir être exemplaires ,pédagogues,efficaces pour que nos habitants et nos voisins rétifs comprennent tout l'interêt de cette démarche entamée ,il y a plusieurs années.

les trois conseillers généraux, qui se sont succédés sur ce canton et qui ,par leur fonction avaient une vision départementale sur ce dossier et non communale, ont tous les trois souhaité cette adhésion,ce n'est pas le fait du hasard et je me réjouis de ce respect et de cette continuité.

 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 22:23

Un billet qui va peut être vous surprendre,mais,aujourdhui ,j'ai passé un bon moment,seul, dans un lieu du département qui me ressource : l'eglise de saint sulpice de favières.

IMAG1338.jpg

Je suis trop rustre pour savoir  vous décrire la légéreté architecturale, l'élégance inouie ,l'élancement alchimique de cet édifice,ce dont je peux témoigner ,c'est qu'il vous prend au "sacré" de votre être et que marcher dans les allées ,c'est être hors du temps,comme a notre-dame quand il n'y a pas de japonais

IMAG1339.jpg Si vous ne connaissez pas,hatez vous en pelerin,quelles que soient vos convictions religieuses,les murs parlent a l'ame et a rien d'autre.

nos amis juifs y trouveront leur bonheur puisqu'un des merveilleux vitrail qui y subsiste témoigne de la circoncision du christ qui nous rappelle sa judaicité et son rabbinat.Des vitraux sublimes réalisés par des maitres verriers ,passeurs de lumière

IMAG1341.jpg

Allez,je ne vais pas mégoter et vous invite a cette promenade magnifique dans ce lieu magique ,dominant un des plus beaux villages de notre département

IMAG1343.jpg

et puis la créche naive,sans oublier la chapelle des miracles et les escaliers qui plongent dans les entrailles de la terre

IMAG1340.jpg

IMAG1342.jpg

Entrer a saint sulpice ,comme sur les ruines du plessis saint thibaud et quelques lieux chers a mon coeur,c'est l'occasion de plonger dans des émotions rares,un retour vers les fondamentauxx,n'y voyez là rien de religieux mais la conviction du sacré et de l'essentiel

IMAG1344.jpg

Promis demain ,je vous reparle a nouveau de choses sérieuses

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 11:45

La liste est longue des gens qui sont remerciés depuis le mois de mars au conseil général mais a force d'embauches les unes et les autres ,il faut bien en débarquer.

Simes antennes fonctionnent toujours,c'est ainsi que Bruno Livic,un des piliers du Sdis,s'est fait remercier et congédier sans délai et sans préavis,après que toute la gauche départementale lui ai promis un contrat a durée indéterminée après le renouvellement

165513_1831781399514_1389751607_32118515_7446405_n.jpg

Cet idiot là a cru en leur parole,les a estimé et a pensé qu'il y avait autre chose qu'un raisonnement politique dans leur fonctionnement.

Quand dans le privé ,on a d'autres opinions politiques que socialistes,au conseil général ,on prend la porte.

Bruno Livic a eu beau croire que son affection pour Michel Pouzol était partagée,que sa loyauté a l'égard de sa mission le protégeait,admirable candide !

249753_2120584659415_1389751607_32573418_4077512_n.jpg

Michel pouzol préfère faire embaucher sa femme au conseil général, que de faire respecter la parole donnée.

je suis allé fureter sur son parcours essonnien :

Sapeur-pompier volontaire au SDIS 91                                   09/1980

 

Sapeur-pompier professionnel au SDIS 91                             

Centre de secours de MONTGERON et Direction

Charge de l’informatisation du sdis                                          10/1982 au 04/1985

 

Sapeur-pompier professionnel au SDIS 26                             

Charge de l’informatisation de la direction                               05/1985 au 12/1987

 

Sapeur- pompier volontaire au SDIS 91                                 

Centre de secours de DRAVEIL VIGNEUX              12/1987

PC de Groupement BRUNOY                                               02/1999

PC de Groupement EVRY                                                     09/2002

Direction Mission Volontaire                                                   09/2004

pas mal non ? cette gauche solidaire qui embauche les femmes,les filles ,les cousines et les copines mais qui vire comme des mal propres des collaborateurs qui travaillent pour la collectivité depuis 30 ans !

formidable fossé entre une image sociale et solidaire et une réalité d'une dureté de marbre qui fait congédier un collaboratuer de 30 ans sans explication et sans motif,juste parce qu'ila le malheur d'être ump dans le privé.si ce socialisme là ne ressemble a du fascisme ,je ne sais pas ce que c'est

pas d'inquiétude les khmers s'occuppent de nos impots et de leur bonne dépense 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 10:52

A chaque visite du patrimoine si le hasard nous conduit a passer devant le chateau de fontyenay les briis,je salue toujours les qualités de gestionnaire de la cgt :En effet,comment ne pas être admiratif a propos de ce syndicat qui a acheté un chateau en plutôt mauvais état et en a confié la gestion au comité d'entreprise de la RATP...

chateau-de-fontenay.jpg

Ainsi ce magnifique domaine est entretenu et animé sans que l'on doive prélever sur les cotisations des militants...

Une si belle gestion qu'on y observe des fêtes stupéfiantes et des moyens déployés a faire palir d'envie n'importe quelle collectivité.

En fait,1789 n'a rien changé,il y a une fascination pour les chateaux,pour les fêtes disproportionnées,le président du conseil général de l'essonne tente d'enfumer la presse et l'opinion avec ses 12 000 invitations pour les voeux,avec la démagogie qui le caractérise,il tente de nous faire croire que c'est pour rencontrer les fonctionnaires départementaux en oubliant qu'une autre manifestation de ce genre leur est réservée,les frais de bouches..combien d'élus se prendront les pieds dedans ?

quant aux fêtes de la cgt a fontenay les briis et non le vicomte,avec le défilé de vedettes nationales, podiums,deluge  d'équipements ,grue pour saut a l'elastique, etc.. le syndrome de nicolas fouquet est proche

chacun était ahuri, mais chacun se taisait ,on ne touche pas au parti des fusillés,incroyable détournement de l'histoire,il a fallu que la cour régionale des comptes s'en mêle pour que l'évidence devienne officielle.

Notre société a besoin de syndicats ,acteurs du dialogue social,partenaires du develloppement économique et humain,qui est ce qui a fait que certains aient emprumpté un autre chemin,une autre logique que tous leurs homologues européens ?


Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 18:32

Fatigués,rompus,avec ce petit train de nostalgie devant un décor qui a bien vécu et ou le vent promène au sol un verre de vin chaud évadé d'une poubelle.

4 jours de folie ,qui malgré le crachin nous ont fait exploser tous les compteurs de fréquentation.Le premier dimanche atteignant un chiffre que nous ne voudrions pas revoir avce plus de 24 000 visiteurs au cours de cette seule journée,un chiffre fou qui rend quasi dissuasive une visite sur ce marché.

Graziella a eu la très grande gentillesse a prendre du temps pour faire un montage que je ne me prive pas de vous communiquer

 

Et puis,il y a des rites : comme l'éclade que nous concocte jean philippe,le samedi soir,une fois les visiteurs partis.

l'éclade ,ce sont des moules que l'on aligne sur le champ,sur une grande planche de bois

IMAG1335.jpg

IMAG1336.jpg

Une fois les coquillages savament alignés on les recouvre d'épines de pin,et on allume le tout

IMAG1337.jpg

,il ne reste plus qu' a manger avec les doigts ,c'est magnifique et delicieux,je connais des lecteurs de ce blog qui ne me contrediront pas.

je voudrai remercier ici,tous les fous furieux,bénévoles,,employés communaux ,un engagement physique sans mesure,qui nous retrouve tous en petits morceaux ce lundi,mais qui n'empêche ni les employés communaux,ni les bénévoles d'avoir attaqué dès ce matin,le grand rangement.

Au café ,avant d'attaquer ,la question s'est posée sur le travail prioritaire,piste de ski ? ou aménagements  divers ? juste pour dire qu'ils sont inépuisables !

Vous l'avez compris Janvoriaz,c'est pour bientot ! enfin ,dès qu'il gélera !

 

L'aventure humaine est formidable avec ses cris, ses larmes,ses rires, ses énervements,ses stress et ses galopades.Assis a manger a la table des gaulois  une braserade d'anthologie,l'idée qu'un village cela peut vivre ,s'animer et produire de la chaleur semblait une évidence et pourtant c'est une sacrée alchimie !

 

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 17:53

Nathalie a eu la gentillesse de me convier a l'accompagner pour sa visite de Pollutech,cette espèce de caravanserail des technologies autour de l'environnement et de toutes ses composantes.

Vous savez ,peut être ,ce que c' est une visite ministérielle dans un salon ?d'un coté ,il y a La "personnalité" qui avance dans les allées et tout autour,il y a un combat de coude a coude de tous ceux qui pensent que la proximité du pouvoir est contaminante.

Avez vous compris que j'ai horreur de cela ?

Dès les premiers mètres,le ton a été donné et l'équipe de rugby locale m'est passée sur le corps....Un combat inégale des vanités que je suis incapable de mener.

,c'est donc avec d'autant plus de plaisir que,"soumis" j'obtempérais  a nathalie qui,systématiquement  me faisait fendre la foule pour la rejoindre et soit me présenter a des gens qui ne comprenaient pas ce que c'était cet individu,soit m'expliquer l'interêt du stand qu'elle visitait,au résultat ,après deux ou trois manoeuvres du genre,on ne m'a plus bouculé et mon petit égo a été nourri a son tour.

première leçon de cette visite,cette femme-là maitrise son sujet et que ce soit sur une foire a janvry ou avec des gens franchement pointus,elle leur accorde totalement son attention ce qui les laisse désarmés et conquis

IMAG1326.jpg  deuxième leçon en terme d'environnement ,tout est dans la nature et nous sommes restés pantois ,tous les deux, devant le "black ghost" d'amérique du sud,un poisson qui emet naturellement des décharges électriques quand le niveau de l'eau atteint un certain niveau de pollution ou ces tétards dévelloppés par watchfrog qui sont au génopole d'evry et qui deviennent phosphorescents quand les subtances endocriniennes sont anormalement hautes !

IMAG1327.jpg

nathalie a été fascinée par ces spermatozoides lumineux (sic) !

En fait ,une visite ,pour le coup passionnante,avec ,visiblement des marchés avec des potentialités extraordinaires,une inventivité sans limites,et une transversalité étonnante entre de la très haute technicité et de vrais géo trouvetou.

et puis on a bien ri et cela compte aussi !

 

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 07:56

En essonne,,une fois pas an ,le gotha des entreprises est censé se réunir pour mettre en lumière,les plus performantes,celles en devenir,en gros des "césars" ou des "oscars" essonniens.

Ce type de manifestation n'a d'interêt que si elles servent de vitrine et que les récipiendaire bénéficient d'un certain écho.

Il faudra,a mon sens ,que Thomas Chaudron impulse de sa créativité et de son energie,pour que les rangsne se clairsement pas plus,et que ce défilé de "décorés" ne ressemble pas a la chanson de Brel "au suivant".

Le désir d'associer ,bon nombre de pârtenaires a ces prix conduit a une petite sensation d"abattage" qui pourrait dévaloriser.

Vous allez me trouver bien peu positif et risquer de contrarier encore mais l'intervention de Francis Mer se présentant devant des chefs d'entreprise et leur expliquant,un peu pontifiant,que le devenir de leur boite passait par la meilleur exploitation des capacités de leurs collaborateurs et par l'innovation,m'a un peu surpris.Si les dirigeants présents ont fait une découverte hier soir,j'en suis sur les fesses.

L'entreprise H20 que j'avais le plaisir de récompenser hier soir a ,d'ailleurs,parfaitement résumé la problématique "je travaille seul avec ma femme,j'ai compris et dès ce soir ,en rentrant,je vais lui en demander plus..."

j'ai le plus grand respect pour cet ancien ministre,mais je ne suis pas sur que ,comme des gens comme moi, il se soit "mis a son compte" a 20 ans,qu'il sache ce que c'est qu'un retard a l'urssaff,ou comme cette jeune femme que je recevais ,il ya quelques jourd ,qui vient de creer sa micro-entreprise et qui vient de se voir prélever sur son compte automatiquement 14000 euros par uen caisse de retraite .

en fait Francis Mer n'a aucune notion du quotidien,il ne sait pas ce que c'est la machine a broyer,l'anonymat volontaire des organismes qui vous taxent,il oublie que les trente cinq sont réservés a une catégorie de personnes salariées mais que nous sommes des millions d'indépendants,d'artisans,de créateurs,de professions libérales,d'infirmiers etc...a regarder les trente cinq heures,avec curiosité.

Ces 91 d'or sont ne tout cas une belle occasion de découvrir combien il ya de belles "boites" en Essonne,combien il y a de l'innovation, dela créativité, de la technicité,que certains ont lenvie de creer ,de bouger,de laisser la morosité aux autres.et c'est cela qui compte.


Partager cet article
Repost0
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 16:47

Nous avons sur notre territoire,l'hôpital de bligny,plus de 400 lits,autant de malades, des médecins,des infirmiers,des personnels techniques,construit pour servir de sanatorium,il est juché sur le plateau qui domine fontenay les briis

,au sud ,l'accès principal est une route qui part de la vallée et qui serpente avec de belles courbes pour gravir une pente bien raide

Après les épisodes neigeux plutôt forts de l'année précédente et le fait que nous ayons du conduire des infirmières avec nos véhicules tout terrain jusqu'aux portes de l'hôpital,j'ai proposé a monsieur le sous préfet que nous imaginions un plan "b" catastrophe,dans le scénario où la cote serait bloquée ,voir même la vallée.

En cas de blocage,ce sont des malades que l'on doit évacuer d'urgence que l'on ne pourrait pas atteindre, ce serait des infirmières qui a la fin de leur service ne pourraient pas être remplacées,les médecins seraient ,soit bloqués sur place ,soit ne pourraient pas rejoindre leurs patients.

une réunion en sous préfecture a eu lieu réunissant les responsables de l'hôpital,les gendarmes,les responsables de cofiroute,les élus de briis sous forges,fontenay les briis et janvry.

Mon idée est simple : en cas de blocage au sud,il faut que nos engins de déneigement convergent vers la porte nord dans la plaine et dégagent la route jusqu'au deux sorties de secours de l'autoroute,une fois cette voie dégagée,l'hôpital dépêche du personnel aux grilles de sortie pour filtrer uniquement le personnel médical et les ambulances,tandis que l'ensemble du personnel soignant reçoit un sms avec ces consignes de trajet.

une idée simple mais qui demande beaucoup de coordination,après cette réunion,un protocole de fonctionnement a été signé entre les communes de fontenay,janvry,la ccpl ,bligny et cofiroute pour mettre ceci en place,la commune de briis estimant qu'elle n'était pas en capacité d'intervenir...ce seront donc les engins de janvry et  de la ccpl qui devront prioritairement dégager la route

2011-11-30_163818.jpg

je souhaite que ce plan"b" ne soit jamais mis en oeuvre,mais que se passerait-il ,si nous n'avions rien imaginé,rien prévu et qu'un problème grave se pose au sein de l'hopital ?

alors ,a janvry avec nos petits moyens ,on sera là,même si ce n'est pas sur le territoire de la commune,parce que c'est normal et que c'est bien ainsi

dans les semaines a venir,j'ai demandé a faire un exercice a blanc (c'est le cas de le dire ),juste pour voir comme cela pourrait se dérouler,

je ne vous dirais pas quand,je n'ai même pas fixé la date moi-même pour qu'on ne tienne pas compte de mon agenda et je peux vous dire que cela tombe mal !

je tiens a remercier le sous préfet de Palaiseau qui a joué le jeu,mesuré l'importance de l'enjeu et apporté tout son soutien a cette mise en place

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 05:50

Quel dossier pour le moins surprenant,qui a demandé beaucoup de calme et de sang froid,beaucoup d'oubli de soi et de conserver le regard obstinément fixé sur l'objet de ce projet.

Il s'agit que se réalise sur les terrains acquis par la communauté de communes un établissement accueillant 40 autistes.

,dès le départ,nous sommes un certain nombre a y avoir été totalement favorable,pour de multiples raisons,d"abord pour l'objet en lui-même, mais aussi pour la cohérence avec notre souhait de voir émerger un pôle santé fort sur notre territoire.

Ainsi,j'ai souhaité ,très vite,même si du coté des promoteurs les supports associatifs et les partenariats n'étaient pas figés, que notre assemblée délibère favorablement et s'engage sur ce dossier,ce qui a été fait a l'unanimité.

 

comme le projet était balbutiant dans ses tours de table, dans ses financements,nous avons vu ,au bureau de la ccpl,défiler des gens que nous n'avons plus revu par la suite,des montages nous ont été présentés qui, semble t il, n'ont pas résisté mais peu importe,a chaque fois que cela a été nécessaire,nous avons fait délibérer l'assemblée et apporter notre total concours a la réussite de ce projet.

 

Nous n'avons pas voulu ,non plus, nous attarder sur des inélégances rares vis a vis de notre collectivité,je pense qu'il n'y a pas d'autiste de gauche et d'autiste de droite et que l'on doit obtenir des financements ,non pas, en faisant de la politique sur un tel sujet,mais montrer  son professionnalisme.

Que ce soit au conseil général ou ailleurs ,ce type de dossiers ont toujours été votés a l'unanimité,et c'est heureux,les intrigues ou flatteries n'ont pas lieu d'être.

 

Au début de l'année dernière le plan d'aménagement d'ensemble qui comprenait le projet de la lendemaine a été attaqué par des riverains,il eut été simple de prendre en otage moral la lendemaine et de maintenir plan d'aménagement.

 

Si, au sein de la communauté ,nous avions eu le moindre désir de faire échouer la lendemaine,c'était d'une facilité déconcertante et nous aurions pu  en faire porter la responsabilité a d'autres.

 

S'il fallait une preuve de notre attachement a ce dossier ,chacun aurait pu la trouver ,lorsque nous avons fait le choix de retirer le plan d'aménagement et d'avoir pu trouver, par le canal de nos avocats,le processus juridique nous permettant de vendre la parcelle concernée dans les délais exigés

 

s'il fallait trouver une preuve de la volonté farouche de la collectivité que ce projet se réalise ,chacun pourrait la lire dans le prix de cession qui, en réalité ne représente que le coût de la voirie et des fluides, alors que les services de l'état

ont estimé ce terrain a 1,7 millions d'euros,vendu 500 000.

Comment ne pas s'étonner que l'acheteur proteste de ne pas avoir été consulté dans cette démarche administrative ?

 

comment comprendre le lobbying incroyable mené pour acheter a la communauté de communes les 22 hectares au complet pour 1 million d'euros ,alors qu'ils sont estimés a 6 millions...Assez étrange,cette confusion d'activités qui transformee une structure qui veut crée un centre pour autistes,en acheteur de foncier a projet variable suivant les interlocuteurs.

 

Nous avons résisté a toutes ces provocations ,aux mails quotidiens exigeant ceci,insistant sur l'urgence etc..

 

En juillet,le notaire de l'acheteur avait pour rôle de rédiger l'acte de vente....il ne l'a pas fait...

notre conseil dans l'urgence a transmis le brouillonde promesse de vente qui avait été préparé et qui était sans objet,il a été jugé entaché illégalités et incomplet par l'acheteur, ce qui est certainement vrai, mais qui n'était qu'un dépannage du fait de la carence constatée,

,depuis septembre,pas un jour,sans son lot d'obstacles et d'exigences nouvelles sur cet acte notarié.

Un comportement incompréhensible qui,une fois de plus nous interrogeait sur la volonté d'aboutir de la part des promoteurs du projet.

Pour notre part,tout est prêt,les appels d'offres ont été fructueux,depuis le 10 octobre,les entreprises attendent pour réaliser la voirie d'accès,nous gardons notre calme et notre bonne volonté.

La signature de la vente a été enfin fixée par l'acheteur au 23 décembre,prions pour qu'il ne neige pas,pour qu'il ne nous demande pas de nouvelles servitudes,de nouvelles garanties,qu'il cesse de nous considérer comme des gens qui l'ont privé de pouvoir posséder un domaine de 22 hectares,en omettant de dire que s'il a des projets intéressants, notre porte est ouverte,mais qu'il n'est pas question que quiquoncque fasse des plus values ou développe des projets qui pourraient nous être reprochés.

 

En fait,si nous avons eu la foi du laboureur dans ce dossier ,si nous avons courbé l'échine pour ne pas hurler et laisser aller une légitime colère,c'est parce qu'a titre personnel, je sais que ,dans dix ans ,dans vingt ans, dans trente ans ,tous les acteurs de ce dossier auront disparu, qu'il ne restera qu'un établissement qui accueillera des handicapés qui ,sinon,n'auraient pas de place.

Nous sommes tous de passages ,aux responsabilités comme dans la vie,ce qui compte ,c'est d'être respectueux de ce qui nous est confié et de l'intérêt général,oublier les attaques personnelles,pour ne s'attacher qu' ace qui est utile et juste pour notre territoire.

c'est ainsi que nous avons agi et que sont sortis de terre le centre pour epileptiques a fontenay,structure colossale qui s'est réalisée en douceur sans cris, ni chuchotements

l'espace prevention santé de ligue contre le cancer,là aussi sur des terrains de la ccpl,qui va ouvrir ses portes en douceur

,deux démonstrations que nous sommes des facilitateurs et que nous ne sommes pas ceux qui creent les difficultés mais ceux qui les aplanissent,a chacun de faire son examen de conscience

 

je formerai donc en cette période de Noël trois voeux:

 

-que les promoteurs de la lendemaine consacre leur énergie a ce projet,et non pas a de basses manoeuvres politiciennes

 

-que ce projet se réalise ,car les obstacles sans cesse renouvelés qui nous sont dressés témoignent a mes yeux,d'une peur de passer aux choses concrètes

 

-que les progrès de la médecine permettent un jour que le drame que vivent de nombreux parents cesse et que cet établissement n'ait plus lieu d'être

 

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 18:08

Avec beaucoup de prétention,je dis souvent que j'ai l'impression de rouler au ralenti,je suis comme ces enfants qu'il faut beaucoup occupper, sinon ils s'occuppent tous seuls,la vie est magnifique et je ne supporte pas tous ceux qui veulent la rendre grise par interêt.

Pour toutes ses raisons, quand on  m'a fait l'honneur de me demander de coordonner la campagne présidentielle d'Hervé Morin en Essonne,j'ai accepté,car c'est un beau défi, une belle expérience,la certitude de pouvoir réunir de vrais gens.

 

Des "amis" me disent  : il n'a aucune chance,ceux là sont ceux qui vont du coté du manche,sans opinions et sans convictions

faudrait il adhérer a des idées insupportables au prétexte qu'elles sont portées par une majorité ?

Faudrait il ne respecter que les gagnants et penser que la victoire est un blanc seing vis à vis de la raison ?

J'ai une profonde conviction en l'humain ,en la certitude qu'un jour ,on peut atteindre un équilibre,Je ferai tout mon possible avec mes vrais amis pour que  les idées apaisées,humanistes,de bon sens fassent entendre leur petite musique.

A tous ceux qui le souhaitent ,ma porte est ouverte ,nous allons constituer une cellule départementale qui ,dans les prochains jours va se mettre au travail,ceux qui aiment la vie,les rires,la créativité et le bonheur a soulever des montagnes sont les bienvenus.

Nous n'aurons pas le QG de campagne de Francois Hollande de 6500 m2 ,mais nous allons nous retrouver souvent et juste montrer que les goliaths doivent ,parfois ,baisser et regarder david,chacun sait que je suis frondeur !

 

Logiquement,je me devais de vous transmettre la déclaration qu'Hervé a faite en normandie ce dimanche, pendant je faisais le père noel a janvry,non pas par militantisme ,mais juste pour que vous puissiez votre opinion sur ce type qui me botte parce qu'il ne renie rien de ce qu'il est ,d'où il vient et qu'au contraire il y puise sa force,c'est un généreux qui préfère ses copains normands aux diners en ville parisiens et le jean aux smokings.

Quand Nathalie aura décidé de se présenter ,on verra ,en attendant,je vous souhaite bonne lecture !

2010-10-15-17.10.15.jpg

 

Mes chers compatriotes,

Merci à tous d’être venus aussi nombreux et de m’avoir rejoint en ce beau dimanche de novembre au milieu de ces paysages que j’aime tant : le bocage de la terre normande, les courbes élancées du pont de Normandie, les fières cheminées des usines du Havre, et cette magnifique lumière de l’estuaire de la Seine, autant de symboles d’une France des terroirs, innovante, industrieuse et conquérante, la France que nous aimons, et surtout la France que nous voulons.

Je vous ai réunis aujourd’hui, au coeur de ma Normandie natale, pour vous faire part de ma décision d’être candidat à la Présidence de la République.

Certains jugeront cet engagement audacieux. Et il est audacieux.

C’est vrai, je ne suis pas un héritier. Pour moi, fils d’un maçon devenu ensuite petit patron de PME, chaque étape de ma vie, de la petite école de mon village à une grande école de la République, de maire à député, de député à ministre, a été une construction personnelle et républicaine, un combat contre ceux qui pensent que le pouvoir leur est naturellement réservé et pour ceux qui pensent que la République leur est interdite. Mais heureusement, en politique ceux qui vous élisent, ceux qui vous choisissent pour les représenter, ce ne sont pas les puissants, ce ne sont pas les grands medias, ce ne sont pas les instituts de sondage, non le seul qui décide, c’est le peuple, c’est vous. Oui, un homme, une voix. C’est cela la démocratie.

La leçon de toutes les élections passées, c’est aussi que les Français ne veulent pas qu’on décide à leur place et qu’on leur vole leur élection présidentielle. Ils veulent que leur vote ait un sens, qu’il pèse vraiment sur l’avenir de leur pays, et ils ont raison.

La situation économique est grave, l’euro est sous assistance respiratoire, le crédit de la France auprès des agences de notation est menacé. Et alors ? Cela justifie-t-il de contingenter les candidatures ? Cela justifie-t-il de réduire leur expression ?

Au contraire. C'est justement parce qu’un monde nouveau apparaît ; c’est justement parce que la France est sur la ligne de crête de son destin, parce que je ne vois chez mes concurrents déclarés aucune idée qui permettrait à la France de relever le défi de ce monde en construction, oui, c'est aussi pour cela que je suis candidat : porter des idées nouvelles.

En cet instant, j’ai une pensée pour mes deux grands-pères paysans, tous deux devenus maires de leur village, tout près d’ici, des hommes de coeur et de bien, imprégnés de l’exemple de Pierre Mendes France, élu non loin d’ici à Louviers.

Comme eux, comme lui, je suis guidé par le souci de la vérité, l’intégrité, la droiture, la volonté d’atteindre les objectifs que l’on s’est fixés, le dépassement de soi et l’engagement total au service des autres pour une politique juste.

 

 

  Le monde a changé mais ces valeurs demeurent et c’est pourquoi je souhaite que ma candidature soit une candidature de vérité, une candidature de modernité, de progrès et une candidature d’égalité.

Une candidature de vérité

La vérité nous vous la devons parce que la France est notre bien commun et parce que rien de solide ne pourra se construire sur le mensonge et la dissimulation.

Oui, la vérité nous vous la devons même si elle est difficile à entendre. « Tout dire pour tout guérir », écrivait Zola.

Vérité sur nos comptes publics car la situation actuelle est lourde de menaces pour nos acquis sociaux, pour nos services publics, pour l’avenir de nos enfants. Si nous ne sommes pas courageux aujourd’hui, ce sont eux qui devront payer demain. Mais dans quels chemins s’engager ? L’augmentation des impôts ? Sans doute mais pas seulement. Nous avons déjà les impôts les plus élevés d’Europe. La diminution des dépenses publiques ? Il existe des marges de manoeuvre, c’est vrai, mais il y a aussi des limites : les services publics ont déserté les campagnes et les banlieues, le redressement de notre justice, le redressement de notre école, la lutte contre la délinquance sont des impératifs. On le voit bien, les solutions anciennes ont vécu.

Moi, je vous propose une troisième voie.

Elle a un nom : les 37 heures de travail hebdomadaires dans le privé comme dans le public. Elle aura un impact concret et rapide : l’amélioration de notre croissance, la réduction immédiate de nos déficits. Je le sais, je demande à chacune et chacun d’entre vous un effort. Mais cet effort, je suis sûr que les Français sont prêts à l’accepter, pour leur pays comme pour leurs enfants, et à la condition que cet effort soit partagé par tous, public comme privé, et que l’Etat et les hommes politiques soient exemplaires.

Vérité sur nos comptes publics, vérité aussi sur notre économie car l’affaiblissement de notre appareil de production, la fermeture de nos usines, l’accroissement de nos déficits commerciaux avec presque tous les pays d’Europe, c’est un poison mortel. La France est en train d’être bradée, soldée à des fonds d’investissement étrangers, comme un héritage qu’on est en train de liquider pièce par pièce.

Vérité enfin sur notre République et notre Démocratie. Face aux difficultés que traverse la France, notre République n’a d’autre choix que d’être exemplaire. Or, elle ne l’est pas, et vous le savez bien, et c’est pour moi un vrai motif de colère.

Le cumul des mandats, les conflits d’intérêts entre public et privé, ces pratiques doivent cesser. Et plus encore je propose que tout élu, condamné pour un délit politico financier, devienne inéligible à vie.

Si je veux mener une campagne de vérité, ce n’est pas pour accentuer encore l’angoisse de nos concitoyens. Au contraire. Je veux dire la vérité aux Français parce que sans eux rien ne sera possible. Ils sont de très loin notre capital le plus précieux et c’est sur eux que je veux investir.

C’est ça la véritable modernité, celle que je veux porter à travers cette élection.

Faire confiance. Compter sur la responsabilité de ses compatriotes. Stimuler leur énergie.

Nous possédons des trésors de modernisation, de participation et d’innovations au coeur de la moindre parcelle de notre territoire : nos millions de bénévoles, nos centaines de milliers d’associations sportives, culturelles, professionnelles ou caritatives, nos élus locaux bien sûr, mais aussi tous les Français qui prennent des responsabilités dans une organisation professionnelle, aux prud’hommes, ou dans un syndicat, et j’en oublie. Ils existent, ils sont là, ils travaillent mais leur expérience, leur générosité, leurs idées ne sont pas reconnues comme elles devraient l’être.

Je pourrais citer des dizaines d’exemples, recueillis au cours de mon tour de France, de ces formidables capacités d’initiatives et de modernisation.

Je pense à cette association qui permet à des personnes handicapées et des étudiants de partager un projet de vie au sein d’appartements communautaires changeant radicalement le rapport au handicap.

Je pense à ces patrons de PME qui avec leurs salariés, les respectant, inventent de nouvelles organisations du travail pour affronter la crise et éviter des licenciements.

Je pense à ces agriculteurs qui se regroupent pour mettre sur pieds des filières courtes de distribution pour continuer à vivre dignement du métier qu’ils aiment.

 

Je pense à cette institutrice du sud -ouest qui a développé un nouveau logiciel pour faciliter les tâches quotidiennes de ses collègues.

Tous ces Français, ce sont eux qui m’ont décidé à être candidat, ce sont eux qui ont inspiré mon projet, c’est à eux que je pense quand je vous présente ma France de demain.

Certains de mes concurrents pensent qu’ils n’ont pas besoin des Français pour sortir notre pays du déclin. Les uns parce qu’ils pensent que l’autorité d’un chef suffit. Les autres parce qu’ils pensent que l’Etat peut tout régler. L’homme providentiel d’un côté, l’Etat-Providence de l’autre.

Des idéologies des siècles passés comme solutions aux problèmes du siècle présent. Des solutions verticales dans un monde devenu horizontal, où le réseau, la communauté, la participation autour d’une ambition commune sont les clés de la transformation et d’une croissance durable. .

Je crois au plus profond de moi-même que c’est une nouvelle société qu’il nous faut inventer, un nouveau chapitre de notre pays qu’il faut ouvrir au lieu de relire sans cesse le précédent.

Oui compter sur la société, faire des Français les acteurs d’un pays en renouveau et non les spectateurs d’un monde en transformation, faire tout simplement des Français des associés de la réussite de leur pays.

Je serai le candidat qui refuse de laisser l’individu en tête à tête avec l’Etat, le candidat qui fait confiance aux corps intermédiaires, le candidat qui donne plus de pouvoir à toutes les forces vives de notre Nation. Voilà une idée neuve.

Candidat de la vérité, de la modernité, je veux être aussi le candidat de l’égalité et de la justice sociale.

La société est dure, l’exigence de performance et de productivité est permanente, la globalisation voit émerger des compétiteurs aux forces gigantesques. Des centaines de millions d’êtres humains accèdent enfin à la dignité et revendiquent – et qui peut les en blâmer ?- - d’être les acteurs d’une construction mondiale nouvelle où l’Europe et les Etats-Unis ne sont plus les maîtres du monde. C’est ce défi auquel sont confrontées la France et l’Europe.

De cette terre de Normandie, j’en appelle à la résistance, résistance contre le conformisme, le fatalisme, le pessimisme. Ici, un matin du printemps 44, la France retrouvait son honneur et sa liberté. Un pays sali, humilié, violé, mais un pays qui a su à force de travail et d’intelligence devenir une trentaine d’années plus tard la 3e puissance économique du monde. Ce que la France a su faire hier, elle peut le faire demain avec ses hommes, du courage et des idées nouvelles.

C’est ce message d’espoir que je veux aussi porter à travers ma candidature, car si je sais les inquiétudes des Français, j’entends aussi toutes celles et tous ceux qui vident la France de son énergie, les marchands de pessimisme, les producteurs de haines, les candidats des peurs.

Peur de l’étranger, peur de l’autre, peur du risque, paniques d’un hiver sans lumière et d’un soleil sans visage, comme les personnages de Ramuz. Démondialisation comme déclin, comme déroute, comme démission.

Les civilisations sont mortelles, mais celles qui ont refusé l’échange, la compétition, celles qui se sont repliées sur elles-mêmes, le sont encore plus que les autres.

J’entends bien les inquiétudes de nos compatriotes au sujet du multiculturalisme, et plus largement de l’ouverture de nos frontières aux hommes, aux biens, aux services.

Que va devenir mon emploi ? Que vont devenir mes enfants ? Que va devenir ma culture ? Je partage avec eux cette même inquiétude. Ce sont de vraies questions et elles méritent non seulement le respect mais surtout des réponses nouvelles.

Mais je vous le dis, il existe un chemin entre l’idéalisme béat et le repli sur soi. D’un côté le respect intangible de nos principes républicains et une main de fer pour qu’ils soient appliqués, et nous faisons parfois preuve de faiblesse, de l’autre l’affirmation de la diversité comme atout. D’un côté, le libre échange des biens et services, de l’autre non pas la démondialisation qui n’est qu’une logique stérile et sans issue, mais ce que j’appelle la remondialisation, en un mot bâtir une nouvelle mondialisation dans laquelle la France a toute sa place, intégrant la réciprocité dans l’ouverture des marchés, la taxation des mouvements de capitaux, l’interdiction du travail des enfants, le respect du patrimoine écologique mondial.

 

Je veux porter l’idée que la France peut réussir dans la globalisation et notamment parce qu’une partie des problèmes viennent de nous-mêmes et non pas des autres. Je le répète, de nous-mêmes et non pas des autres.

Ces problèmes, nous ne pourrons les régler que dans la justice et l’équité. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, et si je pense évidemment aux plus démunis de nos compatriotes, je pense aussi à tous ces Français des classes moyennes négligés par les politiques.

Ces Français qui ont pour seul tort de n’être ni très riches ni très pauvres ; ces Français dont on pense toujours qu’ils n’ont pas de problèmes parce qu’ils n’en posent pas ; ces Français qui paient leurs impôts sans rien dire alors qu’ils sont toujours les premières victimes de ces hausses d’impôt ; ces Français qui sacrifient tout pour leurs enfants alors que la hausse des prix des logements les poussent toujours plus loin des grandes villes, de leur travail et des services publics ; ces Français qui croient encore dans les valeurs du mérite et du travail alors que leur pouvoir d’achat n’a cessé de reculer ; ces Français qui ne pensent pas toujours que les droits sont pour eux et les devoirs pour le voisin. Moi je voudrais réparer l’injustice qui est faite à ces Français des classes moyennes depuis des années et leur dire que si je suis élu l’expression de justice sociale et donc de solidarité nationale s’appliquera aussi à eux.

A tous ces Français, je leur dis que je serai leur candidat, le candidat de l’égalité, pas l’égalité que proposent les socialistes qui n’est qu’un assistanat permanent, pas non plus l’égalité d’une partie de la droite où, grâce aux niches fiscales, les très riches en viennent à payer moins d’impôt que les classes moyennes.

L’égalité est devenue une idée lointaine. Je veux lui redonner un visage : égalité des droits et des devoirs, égalité devant les institutions, égalité devant les règles. En un mot, égalité républicaine.

Vérité, modernité, égalité : ces valeurs doivent inspirer toutes nos batailles à venir pour l’école, pour la santé, pour l’entreprise, pour l’Europe.

L’école parce que c’est l’essentiel qui s’y déroule et qu’aujourd’hui notre système éducatif est en panne de solutions pour ces 150 000 jeunes qui arrivent en 6

e

chaque année sans savoir lire, écrire et compter. C’est une honte nationale, c’est un scandale. L’école a besoin d’enseignants, c’est pourquoi il faut arrêter les suppressions de postes, mais elle a aussi besoin d’un fonctionnement nouveau, et notamment de plus d’autonomie, exactement comme nous avons su le faire pour nos universités. A partir d’un socle national, à chaque école ses rythmes scolaires, à chaque école son projet, à chaque école les moyens humains et matériels pour mener à bien ce projet en fonction de son public scolaire. Et à la fin, des résultats que l’on évalue, pour corriger ce qui ne va pas et amplifier ce qui va bien. En bref, redonner de l’ambition à notre école.

La santé. Nos pères et nos grands-pères se sont battus pour elle. Et aujourd’hui, son acquis, son excellence sont en danger. Réunissons dans des Etats généraux ceux qui savent pour que nos campagnes ne manquent pas de médecins, que nos hôpitaux ne manquent pas d’infirmières et que tous les Français puissent se soigner.

L’entreprise est notre troisième priorité parce qu’il faut faire de nos PME le principal outil de la croissance et de la reconquête de nos parts de marché. Pour les PME, je veux que le gouvernement apporte des solutions, et non pas des problèmes, comme c’est le cas depuis si longtemps. Les PME, ce sont les emplois, les énergies, les richesses et ce sont toujours elles qu’on matraque. Je veux qu’on les respecte et que l’on arrête de changer les règles tous les jours. Je vous propose un principe simple : les lois et les règles ne peuvent changer plus d’une fois au cours d’un quinquennat.

Je veux aussi définir avec les partenaires sociaux le cadre d’un contrat de travail unique, protecteur des personnes mais protecteur aussi de l’initiative et de l’entreprenariat pour améliorer l’emploi. A force de rigidifier le droit du travail on a précarisé les Français : 80% des embauches sont des CDD de moins d’un mois.

Aujourd’hui moins de 8% de la population active adhère à un syndicat. Je veux que la majorité de la population active y adhère car c’est avec les syndicats que je veux reconstruire le rapport au travail dans ce monde nouveau.

 

 L’Europe enfin, parce qu’elle reste notre destin commun. Je ne renonce pas à notre souveraineté nationale, mais je dis qu’elle passe nécessairement par une Europe forte.

Faute d’avoir accepté une Europe politique, faute d’avoir chaque fois retardé l’échéance d’un gouvernement européen, d’autres ont pris le pouvoir, les technocrates d’abord et surtout, les financiers. Cette fois l’Europe ne peut plus ruser avec la Raison. Face à un impératif de survie, elle n’a plus d’autres choix que de devenir une Europe politique et donc une Europe fédérale.

A quelques-uns, autour du couple franco-allemand, et certainement pas à 27, mettons en commun la politique économique et fiscale, le climat, l’énergie, tout ce qui fera de nous non seulement une puissance mais aussi un modèle. Gardons nos pouvoirs régaliens, notre défense et notre diplomatie.

Comment réussir ce pari du renouveau ? Je vous propose de laisser tomber ce qui a échoué et d’essayer des idées neuves.

Cessons de coller des rustines sur un système qui prend l’eau, cessons d’appliquer des idées qui relèvent toutes d’une culture connue. Oui, mettons au pouvoir des idées neuves.

On me dit qu’en matière d’emploi tout a été tenté, mais a-t-on essayé, la tva emploi permettant la baisse massive des cotisations sociales, ce qui apportera pouvoir d’achat et compétitivité ? Voilà une idée neuve.

On me dit que les droits des femmes ne sont pas respectés, mais a-t-on essayé d’imposer l’égalité salariale entre les hommes et les femmes dans l’entreprise sous peine de sanctions financières ? Voilà une idée neuve.

On me dit que l’école ne marche plus, mais a-t-on essayé d’alléger les programmes et d’allonger l’année scolaire, de faire le Français et les maths le matin et les activités culturelles, artistiques et sportives l’après-midi ? Voilà une idée neuve.

Mes chers compatriotes,

Je suis entré en politique parce que j’aime aller à la rencontre des Français, les écouter, comprendre leurs problèmes et faciliter leurs projets.

Je suis entré en politique parce que je crois que la somme des intérêts particuliers ne forge pas l’intérêt général.

Je suis entré en politique parce que j’aime mon pays, que j’aime le servir et parce que je crois tout simplement que grâce à la politique demain peut être plus beau qu’aujourd’hui.

Je suis entré en politique aussi parce que j’ai des valeurs, l’amour de la liberté, la haine de l’injustice, et aussi une immense espérance, une Europe fédérale, facteur de prospérité pour notre pays.

Ce sont les mêmes raisons, hier comme aujourd’hui, qui me poussent à être candidat à l’élection présidentielle, à solliciter vos suffrages, et vous mes amis à solliciter votre soutien.

Je pars dans cette campagne sans richesses autres que celles que vous m’apporterez et avec ma détermination sans failles à porter vos valeurs et incarner vos espérances.

Tous ici ce matin, nous savons qu’une autre France est possible, une autre Europe est possible, une autre République est possible. Voici l’exaltant et formidable défi que je vous propose de relever ensemble : donner à nos enfants et à notre jeunesse l’espoir d’une France debout, redonner à tous nos compatriuotes la fierté d'être francais et pour cela donner a la france des idées neuves au soir du 6 mai 2012 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Christian SCHOETTL
  • : chronique d'un élu local trop libre pour se taire
  • Contact

Recherche

Liens