Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 14:23

IMAG0252.jpgDésormais tout s'invite dans la campagne des élections sénatoriales ,comme dans le cochon ,tout est bon !

Je suis maire depuis  21 ans, c'est la première fois que Michel Berson envoie un mail a tous ses fichiers et se transforme en général hiver envoyant ses vaillantes saleuses en rangs sérrés et ses chasse-neiges au secours des essonniens ensevelis et en assurant tous les grands électeurs du département de sa nouvelle passion pour ce combat dont il est le généralissime :

Communication de Michel Berson, Président du Conseil général  aux Maires et élus de l'Essonne
  " Les services du Conseil général de l'Essonne mobilisés face à la neige "
  Afin de dégager au plus vite les routes bloquées par les chutes de neige survenues dans l’après-midi, le Conseil général de l’Essonne mobilise l’ensemble de ses moyens humains (plus de 100 personnes) et techniques.
 35 saleuses tournent actuellement sans interruption depuis 13h30 afin de libérer l’ensemble du réseau routier départemental et sécuriser la circulation.

(...)Ainsi, les 1 500 kilomètres de réseau routier ont déjà été traités par 340 tonnes de sel et 30 400 litres de saumure. Plusieurs traitements seront encore assurés dans les heures qui viennent afin de permettre une meilleure fluidité du trafic.(sic)les habitants de molieres apprécieront (ndlr)


comme si cela ne suffisait ^pas pour nous prouver a tous a quel point il est soucieux de nos collectivités,un deuxième communiqué totalement inédit dans l'histoire du département,issu de la direction des collectivités locales, venait nous confirmer l'omni présence du département :

Bonjour,

 La situation est actuellement la suivante, s'agissant des conditions météo et de circulation sur le réseau départemental :
 - Données météo :
Les températures restent négatives jusqu'à la fin de la matinée et ne dépasserons pas 2 à 3 degrés dans la journée. En début de soirée, des brumes givrantes risquent de se former et en fin de nuit prochaine, des précipitations de bruine verglaçante risquent de se produire par place, les températures restant négatives toute la nuit.
 
- Interventions :
UTD NE : Un traitement généralisé a été relancé à 7 h
UTD NO : Traitement curatif verglas en cours sur la RN20 et les bretelles d'accès du département 92 à Monthléry
UTD Sud : traitement des bretelles de la RN20 en cours
Quand certains ont passé la nuit qu'ils ont passé,quand on voit l'état de nos départementales aux heures indiquées,quand on sait que les pompiers ont du se substituer aux ambulances pour passer certains malades a travers "la fluidité du traffic" ont se dit que certains osent tout écrire même si la réalité est aussi criante 
tout ceci fait sourire ou énerve les gens sur le terrains,
nous avons du saler les départementales comme le cd3 ,loin de Janvry,car c'était une patinoire,qu'il y avait a huit heures du soir deux semi remorques bloqués et plus de 6 voitures qu'il a fallu que nous dégagions,quant aux départementales sur janvry n'en parlons pas,Berson est aussi ridicule qu'Hortefeux lorsqu'il nous dit que la situation est maitrisée,le sénat rend-t-il fou ?
Quant au journal "le républicain" un grand titre prémonitoire en première page de l'édition de ce jeudi :
intemperies :le réseau routier prêt a faire face
vous imaginez si ils avaient été surpris...
Comme a l'habitude ,nous sommes avec nicolas descendu a orsay et a massy chercher des voyageurs bloqués aux gares,que les armées de saleuses ,comme la cavalerie ne sont pas arrivées, malgré les communiqués  de l'impérator.
Ce matin,nous avons repris le salage vers 6h1/2 du matin avec le personnel communal qui a souhaité dormir sur place pour être a pied d'oeuvre en cas de problème..surtout que l'on ne me parle pas de fonctionnaires planqués,cela me ferait voir rouge. 
En fait,la nature est éblouissante,ce matin,c'est magnifique,vers 7 heures ,8 chevreuils s'ébrouaient dans la plaine du déluge au soleil levant et les arbres aux branches cristal rayonnaient sous le ciel bleu,quant aux enfants cet journée de vacances aux sports d'hiver leur donne les joues rouges et leurs rires résonnent au ^parc animalier,toutes chose qui veulent nous faire oublier les gens qui ont passé la nuit dans leur voiture malgré les communiqués des tartarins locaux ou nationaux,un carton rouge,très rouge pour ce responsable d'établissement scolaire a l'est du département qui a fait sortir des lyceens a 5 heures du soir de son établissement et qui a refermé les portes,ceux ci ont du se réfugier a l'hopital de corbeil au chaud en attendant plusieurs heures que leurs parents n'arrivent a les atteindre dans la circulation diabolique.
Il y a des gens qui devraient changer de métier : un proviseur qui ne se soucie pas du sort des éleves,un président qui veut nous faire croire que tout va bien et un ministre ,assez niais, pour ne pas comprendre qu'il y a des moments où il faut fermer sa G...

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

Denis LEBOIS 14/12/2010 11:23


Bien sûr abus de tisane

Au moins ne laisser pas de traces quand vous vous cachez sous le pseudo Diogéne


Denis LEBOIS 13/12/2010 15:06


Bien dit Mr COUTARD mais alors que le blogeur ne s'amuse pas à faire les posts et les commentaires !!!!!!

Diogéne ne fait pas de détour en passant par Janvry


Christian SCHOETTL 13/12/2010 16:13



l'abus de tisane peut nuire gravement aux neurones,c'est rigolo cette idée que les gens qui écrivent des trucs sympathiques soient des faux et que les anonymes agressifs, soient les seuls êtres
vivants qui lisent ce blog !



coutard 12/12/2010 16:52


Ma tempète de Neige (Suite et Fin)

J’ai pris le temps de lire tous les commentaires précédents, et je constate quand cette période neigeuse, il y a beaucoup de corbeaux qui se cachent derrière un pseudo, mais peu de volontaires pour
aider les autres.

Pour mettre un peu d’huile sur le feu, et alimenter leurs ragots et leurs rancœurs, je voudrais savoir pourquoi la saleuse est entrée dans Janvry par la route qui vient de la Brosse.

C’était peut être simplement pour permettre à Monsieur le Maire de rejoindre les Marchés de Noël, ou à Nicolas son Conseiller Général de fils d’aller voir son papa.

Je peu vous assurer que dimanche 5 décembre au matin,
Baptiste et moi-même n’avons pas eu besoin des conseils des corbeaux et n’y de leur présence pour monter à 6 h 30 sur le tracteur et traiter les rues du village.

Mon salaire dans cette action se résume à une satisfaction personnelle, une poignée de main franche et un sourire du premier magistrat de la commune qui avant même d’avoir pu donner l’ordre
constate que le problème est déjà réglé ou sur le point de l’être.

Plus sérieusement, ce même jour, j’ai eu à faire face avec
les membres de mon association à une affluence record de voiture.

Tous ceux qui la vieille, avaient à cause de la météorologie renoncé à ce déplacer ayant décidé de profiter d’un temps plus clément pour venir à Janvry.

J’ai n’ont seulement avisé Christian de la situation, mais surtout je lui ai proposé une solution pour résoudre le problème, et en une demi heure, la circulation à retrouvée sa fluidité.

Le système fonctionne car dans chaque tribu, il faut certes des indiens, mais pas trop de chef.

Si vous prenez le temps avec un groupe de dix personnes de lancer dans le creux de l’oreille de votre voisin unephrase très simple, vous serez surpris quand le dernier de la file vous répétera le
message qu’il a reçu.

Mais surtout il faut avoir de l’expérience et de la confiance.

Si Monsieur le Maire est présent depuis 21 ans dans ce village et pour ce qui me concerne à la tête de mon association depuis 22 ans, c’est que nous tenons le cap et laissons derrière nous les « y
à cas et il faudrait que ».

Dans la vie, il faut avoir le courage de ses opinions et
pour faire moins classe « Les Couilles de signer ses commentaires.

Moi je signe de mon vrai nom.

Michel Coutard


coutard 12/12/2010 16:24


MA TEMPETE DE NEIGE,

Mercredi 8 décembre

Dans le cadre de mon activité professionnelle, je me trouve sur la commune de Bagnolet.

11 h 30, j’arrive chez mon client avec mon véhicule aménagé en salle de formation en même temps que les premiers flocons de neige gros comme des têtes d’épingles.

11 h 45,le diamètre des flocons ressemblent à nos anciennes pièces de 5 francs.

12 h 00, comme je suis stationné et installé avec l’autorisation de la RATP dans le couloir de bus, j’attends à l’arrêt situé à quelques mètres de là l’arrivée du prochain bus afin de présenter au
machiniste mon autorisation pour qu’il prévienne par radio le service de régulation.

Le machiniste m’informe qu’ils ont reçu l’ordre de rejoindre si possible le terminal ou de s’immobiliser s’ils ’estiment que le risque devient majeur pour les passagers.

12 h 15, les trottoirs sont déjà recouverts de 7 cm de neige et dans cette rue en pente de 3%, plusieurs automobilistes ont déjà renoncés et abandonnés leur véhicule dans le couloir de bus.

17 h 15, après avoir déblayé les 15 centimètres qui recouvre mon pare brise, je quitte mon client et entreprend de rejoindre mon domicile de Grigny.

Mon GPS m’indique royalement que j’ai 32 kilom
ètres à effectuer et que mon temps de parcours sera de 37 minutes.

20 h 35, j’arrive enfin chez moi et tout au long de mon périple, j’ai eu tout le loisir de regarder le paysage, pardon je devrais n’en déplaise au ministre, la pagaille pour ne pas dire le B....
!

Alors que la RATP à pris rapidement la bonne décision et que des dizaines de bus sont stoppés avec parfois des passagers que les machiniste ont sécurisés en les laissant au chaud, les sociétés
privés dont je ne ferais pas ici la publicité qui circulent avec leur «Car Anglais Décapité » pour faire visiter Paris sont toujours en circulation, ou plutôt essaient de circuler.

Comme ils n’y a pas de Suédois, de Norvégiens ou de Canadiens, ils tournent à vide et contribuent largement à semer le BINZ.

Entre la porte de Bagnolet et la porte de Gentilly, j’ai aperçu deux fonctionnaire de police qui sécurisaient un marché sur la voie publique du coté du boulevard Masséna.


Jeudi 9 décembre

5 h 15, après avoir joué de la raclette, je quitte mon domicile pour me rendre dans le 16 arrondissement pour une formation prévue à 10 h 00.

Sur mon parcours, j’ai vu une bonne vingtaine de deux roues, des dizaines voitureabandonnées, et un nombre incalculable de poids lourd plus ou bien garés sur la bande d’arrêt d’urgence.

Bien que les panneaux d’informations trafics annoncent « Salage en cours » je n’ai vu à aucun moment ces engins spéciaux, et pas même un véhicule de la DIR.

6 H 15, comme j’ai fini ma mise en place devant chez mon client, je me suis offert un petit café au bistrot le plus proche.

6 h 20, au moment précis ou je quitte le bistrot, je vois arriver six hommes vêtues de combinaison verte et de gilet haute visibilité siglé Mairie de Paris qui trainent chacun dans leur sillage des
saleuses manuelles.

8 h 15, je suis lasse d’attendre derrière mon volant et pourtant le quartier est très animé.
Durant ces deux heures, j’ai été le témoin d’une bonne douzaine de chutes heureusement, sans gravitée de piétons, de V Libre et de quelques froissements de tôles au carrefour équipés de feu
tricolores.

J’ai assisté à l’enlèvement de plusieurs véhicules enneigés, que leurs conducteurs avaient NEGLIGEAMENT abandonnés dans les couloirs de bus ou sur des places de livraisons.

Les 4 X 4 de la société d’enlèvement qui à pour principale actionnaire le « Commissaire Navarro » travaillaient en Noria comme les canadairs sur les grand feux de forêts.
Je décide donc de m’offrir un autre café, tant pis si cela énerve.

Je n’ai pas eu besoin de le prendre pour monter dans les tours, car en constatant que les vaillants employés de la Mairie de Paris étaient toujours accoudés au bar, mon sang n’a fait qu’un
tour.

Poliment mais surement, je leur ai fait remarquer, qu’ils étaient surement payés en heures supplémentaires et je leur ai demande s’ils attendaient qu’une personne se blesse gravement pour faire
leur boulot.

Dans les trois minutes qui ont suivies, les six saleuses manuelle et les ANES chargés de les tracter se sont éparpillés dans le quartier.

18 h 30, je rentre à mon domicile après avoir effectué une formation dans le dix-neuvième arrondissement.

Bien qu’ayant fait le tour de Paris ou la aussi, les panneaux d’informations trafics annoncent « Salage en cours » je ne sais toujours pas à quoi ressemble ces engins spéciaux.

Vendredi 10 décembre

En circulant, au départ de Grigny sur la A 6, la A 104 et
la RN 4 pour rejoindre la communes de Presles, j’ai constaté que les véhicules abandonnées surement depuis jeudi n’avait fait l’objet d’aucunes attentions particulaires.

Personne n’a trouvé utile de les sécuriser avec des cônes, vous savez ces trucs orange qui s’étalent parfois sur des kilomètres pour causse de travaux.

Non seulement on roule à allure réduite sur une seule voie, mais surtout ont ne voit pas un ouvrier. Et quand vous avez la chance d’en trouver, il y en a un qui creuse avec une pelle, et cinq ou
six qui commente son action, adossé au camion.

Aujourd’hui, je suis très en colère contre le personnel de la Météorologie Nationale.

Pas parce qu’ils n’ont pas été capable d’indiquer le nombre de centimètre qui allait tomber, régions par régions, villes par villes et quartiers par quartiers, mais car ils n’ont pas dénoncés les
propos calomnieux tenue à leur égard par le gouvernement, en déposant immédiatement un préavis de grève.

Seulement eux, ils ont une conscience professionnelle et ils peuvent se regarder dans la glace.

Une idée, une piste, un chemin à exploré

Pour compléter les informations du Centre d’informations routières de Rosny Sous Bois et pour avoir une vision du terrain les moyens sont légions.

Solliciter et recouper les informations transmises par le réseau de bus RATP, les taxis parisiens qui eux sont derrière leur volants confronté à la réalité du terrain.
Exploiter les images des moyens vidéo installées sur la capitale et la banlieue.

Recouper les informations des centres de secours, des municipalités etc.

Et puis surtout laissé au moins une chance au pauvre
automobiliste qui sur le coup de sept heures du matin revient pour récupérer sa voiture et qui voit son outil de travail partir derrière un véhicule de la fourrière.

Sur la dizaine de véhicule que j’ai vu partir jeudi matin, aucun n’avait le papillon de demande d’enlèvement, mais comme à priori ont n’est pas dans ce pays contre les faux et les usages de faux,
ils seront surement collé au fur et à mesure de leur arrivée à la fourrière.

Pour conclure se chapitre, je souhaite préciser à tous ceux qui prendront le temps de me lire que j’ai vu un de ces engins spéciaux, appelé saleuse.

OU et QUAND ME DEMANDEREZ-VOUS ?

Pour voir ce genre de matériel, il faut se rendre dans une commune de 600 et quelques habitants et plus précisément à Janvry, dans l’Essonne.

J’ai eu la grande chance le samedi 4 décembre de côtoyé l’un de ces engins de près pour ne pas dire de très près.

Certes, c’est un modeste tracteur piloté au moment des faits par Baptiste employé communal et pour gérer le levier de commande de la remorque de sel, le deuxième opérateur Volontaire et Bénévole
c’était BIBI.

Comme la tempête de neige se renforçait, un de ces engins spéciaux est venu en renfort.

Comme dans la série télévisé « les envahisseurs », il a
surgit de nulle part et après quelques passages dans le village à disparu à l’horizon.

Donc je connais parfaitement la forme, la grosseur de ces engins que je n’ai pas revue depuis.

J’en profite pour rappeler que les gyrophares orange que l’on voit sur ces véhicules signalent aux automobilistes, chauffeurs livreurs ou routiers, sans oublier monsieur tous le monde qu’il s’agit
d’un engin à progression lente et que les gyrophares bleue signifient une interdiction formelle de dépassement.

Comme je crois encore au Père Noël et que nos Météorologues annoncent le retour de la neige dans le courant de la semaine prochaine, je vais circuler avec mon appareil photographique pour
immortaliser sur ma carte numérique des saleuses en actions.

Je compte revendre les clichés à un ou plusieurs grand média et reverser la somme perçue à une autre calamité que la neige qui existe depuis l’éternité.

Une calamité qui hélas à vingt ans, et qu’un homme qui
comme moi s’appelle Michel à entrepris de combattre, la précarité qui qu’elle que soit la saison sévie sur l’ensemble du territoire. Salut les enfoirés.

J’ai pris le temps de lire tous les commentaires précédents, et je constate quand cette période neigeuse, il y a beaucoup de corbeaux qui se cache


David Saussol 11/12/2010 13:29


Autant d'agressivité m'etonnera toujours...
Si vous trouvez que le Père Christian dit des âneries voir des horreurs (ce qui peut lui arriver comme à chacun d'entre nous) à quoi sert de leur donner autant d'importance ???