Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 10:10

Les rythmes scolaires en france confinent au délire et sont source de bon nombre de problèmes de société,

lorsque des enfants ont plus de 20 semaines de congés et que leurs parents en ont 5,il y a une différence qui se comble par l'argent en envoyant ses enfants en "colo" ,au centre de loisirs etc...par la famille quand il y a des grands parents acceuillants et sinon rien...

le souvenir pour moi de ces momes des ulis qui venaient me voir au centre commercial, que les parents "sortaient" de chez eux en partant au boulot avec deux euros dans la poche et avec pour consigne de revenir a 18 heures

 

quand tu as 9/10 ans,les deux euros disparaissent vite,le groupe et l'oisiveté provoquent quasi immanquablement une cascade de dérives

 

La réforme que peillon tente d'imposer constitue une forme de catastrophe,d'abord parce que la méthode employée ressemble a celle que la gauche dénoncait du temps de Sarkozy : precipitation, imprécision,inadaptation

au résultat  un réfus quasi général aussi bien des enseignants que des élus mais aussi des parents d'élèves ,

un beau succés d'avoir su mettre tout le monde d'accord pour dire non ,même si ce n'est pas pour les mêmes raisons

 

Personnellement dans tous ces débats ,j'entends peu l'interet de l'enfant pris en compte,entre la pression des acteurs du tourisme, celui de ceux qui veulent préserver leur week end et le reste ,j'ai la sensation que la finalité est bien loin des préoccuppations

 

ne fallait il pas le courage de prendre une feuille blanche ? et de tout repenser,

pas une mesurette qui va conduire a "garder" l'enfant plus longtemps encore dans l'enceinte de l'école

 

mais,oser  tout oublier, pour tout reconcevoir,devant l'echec de notre systéme éducatif, une demi mesure  est une faute

 

Peillon a donc commis une faute sur la forme réunissant un beau consensus  contre lui ,mais aussi sur le fond,puisque si cette réforme aboutit ,elle ne servira pas radicalement l'enfant.

 

On lui reconnaitra ,au moins, le mérite d'avoir porté le débat,d'avoir permis que l'on en parle,que l'idée fasse son chemin

massivement et "courageusement",nous serons une immense majorité d'élus a demander le report et ,si possible, siné dié,c'est reculer, pour essayer de mieux sauter

du coté des élus ,on a sorti les calculettes et le choix de Peillon va couter cher aux collectivités locales,ce qui semble anormal : l'état fait prendre en charge par les communes ,une mesure du ressort de l'ecole républicaine mais il est évident que les moyens que pourront déployer certaines communes des hauts de seine seront sans aucune commune mesure avecceux des villages ruraux ou grigny par exemple.

 

Avec cette idée qui ressort de toutes les mesures de la gauche provoque : il vaut mieux être pauvre dans une commune riche, que riche dans une commune pauvre

,je force le trait bien sur ! mais il est vrai que tout cela conduit a ce que les hauts revenus se concentrent et que la mixité sociale devienne un leurre

 

Jamais ,je n'ai vu une aussi belle unanimité des enseignants,qui pour certains se sentent floués par une majorité qu'ils avaient appelé de leurs voeux,

jamais je n'ai vu autant d'élus renoncer a leur solidarité politique,au pôint que Peillon court la france profonde pour trouver,enfin, un élu ,un enseignant qui accepte de mettre en oeuvre sa décision.

 

alors on va croiser les doigts,pour que la raison se fasse entendre,que Peillon comme lorsqu'il voulait légaliser le canabis,renonce, qu'il dise "on oublie tout ,on recommence"

qu'on oublie ,les lobbys,les interets personnels ,les conforts et qu'en se nourrissant de l'expérience des autres ,on regarde ce qui marche,ce qui épanouit, ce qui donne envie de l'école.

L'éducation nationale qui est la plus grossse entreprise européenne en terme de salariés pourrait,devrait ,mettre l'imagination, le bonheur de vivre,la passion de transmettre au pouvoir et nous offrir une révolution culturelle 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article

commentaires

André B. 08/02/2013 11:51

Ce ne sont pas les rythmes scolaires qui sont en cause, c'est le problème de l'éducation physique et sportive qui est problématique en France. C'est cela Monsieur Peillon, qu'il faut examiner et
résoudre avant tout.

nialad 08/02/2013 11:13

Parfaitement exposé!!! Faire une réforme dans une telle précipitation, c'est du grand n'importe quoi! Faire une réforme nationale relevant de la compétence de l'Etat et mettre les Communes dans
l'obligation de mettre la main à la posche, c'est d'une hypocrisie sans nom, d'autant que, simultanément, les dotations de l'Etat aux Collectivités locales sont appelées à diminuer! L'enfant au
centre du système éducatif? Il y a plus de 30 ans que l'ancien Enseignant que je suis entend la même partition! Beaucoup trop d'intérêts passent avant ceux de l'Enfant!!!