Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 14:22

il y a un mois lorsque le conseil municipal de janvry a délibéré a l'unanimité pour decider quen nous ne ferions rien, que cette decison de l'état appartenait a l'état et qu'il s'en debrouille,la réaction génrale a été une forme de curiosité

comme si des élus municipaux devaient forcément des exécutants au service du gouvernement, comme si nous n'avions pas l'impérative obligation de reflechir et d'avoir un esprit critique

depuis un mois et après une bulle médiatique,c'est comme un mouvement de fond qui s'est installé, plus les jours avancent, plus nous croulons sous les appels de communes de toute la france qui souhaitent que nous leur communiquions notre delibération

cette semaine ,les gréves vont s'enchainer  et bien des élus ont les yeux qui se decillent et l'idée de dire tout simplement non,commence a s'imposer

 

il n'est pas inutile de rappeler quelques points qui structurent notre demarche


les rythmes scolaires sont un enjeu fondamental pour l"education de nos enfants,c'est un  projet qui doit avoir une véritable ambition et ne doit pas être un erzats de réforme étriquée et sans courage

cette reforme n'est pas une loi mais un simple decret ce n'est pas un choix de la représentation nationale, mais celle d'un ministre ,pour une bonne et simple raison ,c'est que la constitution a été modifiée et si c'était une loi ,l'état devrait compenser a l'euro près la depense qui est engendrée pour les collectivités,chacun comprend pourquoi c'est un decret et pourquoi peillon cherche a entretenir la confusion sur le sujet


ce combat pour une vraie réforme des rythmes scolaires et contre le decret peillon ne doit pas être un combat politique ou une action contre le gouvernement ,ce serait improductif et une prise d'otage des enfants et de l'education


il est évident que le sentiment de consternation par rapport a ce qui nous est proposé est partagé par les élus de tous bords 

les maires de gauche qui ont été "fortement" invités l'année dernière a commencer les rythmes des cette année,ont voté avec les pieds en n'appliquant pas la réforme  pour la rentrée


le courage eut été de prendre une page blanche et de s'interroger sur la durée des vacances scolaires, plutot que d'essayer de tout concentrer sur les semaines scolaires existantes,ce courage ,peillon ne l'a pas eu


les tres nombreuses semaines de  vacances scolaires constituent souvent une epreuve ,notament pour les familles les plus simples et conduisent dans les cités ,les jeunes a se retrouver pour la journée aux pieds des immeubles


l'ambition c'était de conserver a l"'education nationale le cadre et la mise en oeuvre de cette reforme, car l'ecole de la république doit tendre a une égalité des enfants devant l'enseignement et ne pas augmenter la fracture entre les communes pauvres et les communes riches


la responsabilité ,c'eut été que  l'on nous parle des abandonnés du programme que sont l'enseignement précoce des langues,les arts plastiques,l'éducation a l'environnement,le sport


la connaissance du terrain, c'eut été de mesurer la diificulté pour les familles d'aller chercher  leurs enfants a des horaires où elles sont au travail ,a moins que mr peillon considére qu'une femme, cela doit être au foyer


la connaissance c'eut été de mesurer les conséquences pour les conservatoires ,les centres de loisirs ,les associations


le serieux ,c'eut été de ne pas dire aux élus comme un cadeau ,que l'année prochaine encore l'état participerait au financement,c'est les prendreppur des imbeciles en leur expliquant qu'il faut mettre la main dans l'engrenegae car l'état leur remboursera un bout de la première phalange


jeudi, les écoles seront en gréve comme rarement elles ne l'ont été,pendant ce temps là la propagnade gouvernementale nous explique que cette reforme recueille 90 % de satisfaits ...totalement ahurissant et si décalé


ces jours ci ,c'est desormais par centaines que notre deliberation de refus sera prise,ce sontdes appels de soutien d'enseignants,de  fédération de parents d'eleves et bien sur d'élus qui veulment mesurer les conséquences d'un refus frontal

 

mr peillon a dit que j'étais insurrectionnel et delinquant c'est me rendre hommage ,la capacité de résistance devrait être dans l'adn de chaque élu et lle devrait m'être dans celle de chaque francais

tandis que notre futur ex ministre se voit deputé européen ,il devrait se retourner, observer le désastre, mettre un mouchoir sur son amour propre et arrêter les dégats



 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article

commentaires

André B. 15/11/2013 08:15

C'est bien qu'elle soit au foyer la femme, en tous cas j'en connais plein qui rêveraient d'y être, non ? Entre nous c'est encore ce qu'il y a de mieux pour élever les enfants, vous vous souvenez
des bras de votre mère, yen a qui ne valent pas une thune, mais cela cela vaut de l'or en barre.

Gargamel 12/11/2013 20:07

Pas vraiment rien à voir mais bon :
temps ce matin à la gare de briis : 25 min.
temps d'attente ce soir à la gare de massy : 27min, aucun bus à l'horizon ... avec des attitudes inciviques à la pelle traduisant la déliquescence de notre société, dont un gros c_o indiquant aux
personnes le tançant qu'elles n'avaient qu'à se mêler de leur culotte..

marie 12/11/2013 19:39

Bonjour !

C'est vous qui compariez votre mouvement de désobéissance civile à celui de Gandhi à la radio tout à l'heure ? Parce qu'entre refuser une réforme et libérer un peuple, j'avoue que je vois pas bien
le rapport... D'autant plus quand on parle d'une école qui subit de plein fouet le manque de respect des institutions et qu'on a un élu (centriste, moi qui croyait que ça voulait dire modéré...)
qui se targue d'appeler au même non-respect des décisions parlementaires... bien que les termes de boycott ou de "refus d'appliquer la réforme" soient trompeurs, c'est en effet votre droit le plus
strict de laisser sa part à l’Éducation nationale et de laisser votre municipalité gérer la sienne,avec la légitimité de l'élu local que vous êtes. Ma question est donc la suivante : est-ce une
décision d'élu local sur des enjeux locaux, visant à entretenir une gestion sage et pragmatique de la collectivité, ou y a-t-il de votre côté une réelle volonté d'insurrection, qui décrédibilise la
classe politique et floute encore davantage le rapport aux institutions ? PS : dommage que votre saisie fasse fuir les majuscules et rappliquer les coquilles ;)

Christian SCHOETTL 12/11/2013 21:16



bienvenu sur mon blog où j'avoue les fautes  et les majuscules devenues minuscules sont légion,le blog d'un homme simple qui tape avec deux doigts


je n'aurai pas l'outrecuidance de me comparer a gandhi mais la desobeissance civile est issue de sonenseignement ,l'idée non violente et donc pas insurrectionnelle  que lorsque l'on
considéré que ce n'est pas juste on le refuse de facon non violente


enfin vous commettez une erreur ce n'est pas une decision parlementaire car si ces rythmes avaient été votés par l'assemblée nationale ,j'aurais protesté mais appliqué


c'est juste un decret issu d'un ministre qui envisage d'aller sepresenter aux elections europeennes


passionné par l'enjeu essentiel que constitiue l'ecole je suis seulemnt consterné par le manque d'ambition de ce qui nous est proposé


 



sabrina 12/11/2013 17:11

Bravo Christian de ces lignes, de cette contestation, de la clairvoyance, de l'intérêt que tu portes à nos enfants et à leur avenir... je te soutiens à 100%!