Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 09:07

Notre société s'acharne a nous mettre dans des cases,sous des étiquettes,plus elles sont précises,plus elle est heureuse,j'ai l'habitude de dire que, moins on a de facettes ,plus on est plat.

Permettez moi de vous entraîner aux accents d'une mélodie arabo-andalouse dans mon jardin des lavandières,a écouter, puis oublier l'eau qui fait un hymne a la vie dans la fontaine.

oui ,j'envie la cordoue formidable du douzième siècle où juifs,arabes et chrétiens vivaient ensemble et développaient la philosophie,la médecine,en fait s'enrichissaient de leurs différences.

,j'aurais aimé entrevoir moise maimonide,j'aurais aimé comprendre quelle est la marche qu'il ne faut pas franchir et qui conduit a l'intolérance et a la haine.

20-07-10_0848.jpg

Je vous ai écrit que j'aimais les fleurs,j'aime a me lever tôt et dans le silence de la maison endormie,les visiter ,les arroser,les nourrir.

pourquoi cette sensation qu'il faut du silence et de la solitude pour pouvoir les écouter,les regarder et être "juste" dans les apports ?

Me trouverez vous ridicule,si je vous dis que je suis capable en plein déjeuner ou en pleine conversation de me lever pour aller donner de l'eau,a une plante ?

 car ,physiquement je souffre de sa soif.

C'est là,où vous devez penser que de longues vacances me sont neccessaires et pourtant l'empathie,n'est-ce pas un devoir,une obligation pour quelqu'un qui prétendrait se préoccupper de la vie publique ?

20-07-10_0900.jpg20-07-10_0901.jpg20-07-10_0902.jpg20-07-10_0903.jpg20-07-10_0904.jpg

 Je ne résiste pas a photographier les chats,coquin ,puisque tel est son nom ,a comme tous ses congénères le sens de la pose ,du confort et un coté lascif que je lui envie

19-07-10_2015.jpg

 

On me glisse ,parfois,qu'il ne faut pas trop en montrer ,de crainte d'entretenir des jalousies,des amertumes.C'est une sorte de maladie très française a laquelle je ne veux souscrire qu'a moitié.

Qui a dit que l'on n'est pas heureux parce que l'on a réussi ,mais que bien sur,on réussit parce que l'on est heureux ?

Pour ma part,je ferai plus confiance a quelqu'un d'équlibré qui semble heureux de sa vie qu'a un jaloux ,amer et ambitieux.

Comme dirait mon ami francis,le pouvoir rend fou ,si on ne le partage pas et si on ne dirige pas cette force au service de l'autre.

Tout cela pour vous guider  a travers ces photos  sur cette fontaine achetée dans la medina de fes,ce puits hindoue,ce brasero mexicain comme les azulejos ,ou ce macramé ramené de jordanie,ce dessus de lit tissé par la minorité mong au laos,tout objet doit avoir une histoire,des racines pour participer a l'harmonie.

20-07-10_0944.jpg

Quelle vie de chien !

Partager cet article

Repost0

commentaires

gsvf91q08s 20/12/2019 07:44

School regarding Brand new South america.

claude meurisset 21/07/2010 09:09


" C'est le peu qui est réellement tout. le peu occupe une place immense. Il nous accepte indisponibles".

René Char


Vincent Panigada 20/07/2010 17:10


"L'empathie est une vertu publique obligée
alors que l'indifférence est un vice privé."
Jean Dion
K.


Oeil-de-Lynx 20/07/2010 14:05


«L’envie» connotation négative, synonyme de jalousie d’après les ouvrages de référence. Pas d’accord !
Envie de boire, envie de manger, envie de vivre n'a rien à voir avec la jalousie… Je comprends l’envie pour un besoin essentiel, une manière d’aller plus en avant contrairement à la jalousie qui
détruit.
Si l’envie n’existait pas conduirait à un avenir rétréci. Ou se situe la jalousie, chez les amers et les Iznogoods incapables de gérer leur existence telle que tu mènes la tienne.
Je t’envie ce bien être et cette sérénité mérités au sein de cette oasis que tu dévoiles au travers des textes et des images.


Gérard Genesco 20/07/2010 12:25


Que cela est bien une vie de chat comme je le répète souvent à mes 3 félins.
Tiens, toi aussi tu peux te lever de table pour abreuver une plante en mal de soif qui t'implore!
Maintenant, c’est au tour de Coquin de photographier le maître des lieux, dans son hamac…