Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 08:56
L'idée de béatifier Pie XII me semble une blessure supplémentaire,qu'il est difficile,pour moi, de continuer a faire référence a une église qui participe a notre culture et qui la bafoue.
On pouvait mettre sur le compte de l'histoire et confirmer une forme de prescription pour l'inquisition,pour le traitement des
amerindiens,pour l'esclavage.
Est-il possible qu'un pape,qui a déjà dépassé les limites a propos de l'holocauste et du sort réservé aux juifs se permette de confirmer que ce n'était pas une erreur de langage ?
peut-on, en final, penser qu'il existe un courant antisémite fort au sein de la haute hiérarchie de l'église catholique qui explique les réseaux de monastères et de complicités qui ont permis a des criminels de guerre d'échapper a la justice ?
Que l'antisémtisme jamais avoué ait permis une collaboration aussi prospère avec les nazis,puisque,dans l'inconscient, elle ne violait pas la "morale",comme si on se frottait les mains que les "boches" fassent le boulot.
cette béatification n'est-elle donc que la déclaration en plein jour d'une volonté, affirmée siècles après siècles, de nier que nous sommes tous fils
d'Abraham ?
Ose-t-on franchir ce
rubicon de la haine et l'intolérance ? Ce que ma religion m'a appris de l'amour du prochain a-t-il des limites aussi intolérables ?
Moi,qui aime les crèches,j'explique a ceux qui veulent l'entendre,que cela célèbre,l'accouchement d'une mère juive, avec un père juif charpentier et la naissance d'un petit juif,qui deviendra rabbin et qui repoussera les frontières de la religion de ses pères jusqu'à proposer le pardon des offenses.
Quant aux sombres crétins qui justifient leur antisémitisme par la "trahison" de judas,il faudra qu'ils n'oublient jamais que, sans judas, pas de golgotha,pas de crucifixion,pas de mise au tombeau,pas de résurrection donc, pas de christ et donc, pas d'église catholique.
Judas est l'instrument le plus nécessaire et le plus indispensable de la foi chrétienne,car,si Jésus avait continué a prêcher, sans être mort sur la croix,il aurait terminé sa vie entouré de quelques disciples ,comme bon nombre de prédicateurs de l'époque,et sa démarche se serait effacée comme les traces de ses pas dans le sable du Sinai .C'est bien le sacrifice que chaque office religieux célèbre de nos jours.
Aux yeux de l'église catholique, Judas devrait donc être considéré comme l'instrument de dieu et pas le prétexte a cultiver la haine envers un peuple et une religion.

Je sais que ce que j'écris doit heurter certains, mais ceux qui prêchent l'amour du prochain ne peuvent pas perpétuellement vivre de l'ambiguïté du sida en afrique,de l'avortement condamné d'une gamine violée de onze ans ou la béatification d'un pape qui cautionné, au moins par son silence l'holocauste.
Je connais trop de catholiques formidables,pour ne pas désormais m'interroger sur le fait qu'ils soient surtout formidables,mais,malheureux et décontenancés de cette face cachée et noire de l'église.
 
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

dupea 21/01/2010 21:28


Sur le sujet, je vous invite à lire l'édito de BHL dans le Point de cette semaine, ainsi quel les deux derniers numéros de Valeurs actuelles, qui consacrent plusieurs pages à ce sujet.


dupea 03/01/2010 21:50


Désolé pour le ton "brut de décoffrage" de mon premier propos...


dupea 03/01/2010 21:40


Je trouvais votre jugement pour le moins expéditif. Vous allez un peu vite en besogne. Songez un instant à l'attitude des hommes d'Etat européen pendant les années 30. Etaient-ils tous des lâches ?
Tous avaient lu Mein Kampf, non ? Mais changeons d'époque et prenez l'exemple de l'ex Yougoslavie et du Rwanda. Que s'est-il passé sous nos yeux ? Combien de morts ? Qu'ont fait les chefs d'Etat
européens ? Le Président de la République française ? Les condamnez-vous au même titre que Pie XII ?


Christian SCHOETTL 03/01/2010 22:26


permettez moi d'espérer mieux d'un pape que du président de la république quand il s'agit de conscience morale ou collective.Ou alors c'est foutu 


dupea 28/12/2009 21:08


M. Schoettl, vous êtes un personnage étonnant. Je découvre aujourd'hui une face que je ne connaissais pas : la haine envers Benoît XVI, sentiment qui fait toujours dire n'importe quoi à ceux qui en
sont animés. Je vous invite donc à lire Benoît XVI : vous y découvrirez un très grand penseur - que tous ceux qui le caricaturent n'ont jamais lu, et en seraient d'ailleurs bien incapables.
Ratzinger cautionnant l'holocauste ? C'est n'importe quoi. Quant à Pie XII, si je résume votre pensée, Benoît XVI réécrirait l'histoire. Est-ce à dire que vous considérez qu'il n'y a qu'une
histoire, l'histoire officielle, celle du Parti ? Que savez-vous au juste de Pie XII ? Vous avez lu des livres d'histoire et des historiens : vous devriez donc savoir que le jugement de l'histoire
est révisionniste par nature... (ce sont les propres termes de Vidal-Naquet, grand historien s'il en est).


Christian SCHOETTL 28/12/2009 22:40


je n'ai nulle haine,j'aurais titré mon post : sainte colère,ou rage sacrée,je suis sur que benoit XVI est un penseur et ine intelligence ,nul ne parvient a la papauté sans cela.
Je crois qu'il existe un sentiment antisémite parmi certains membres de notre église et c'est une tendance qu'il faut combattre,l'histoire est forcément révisionniste mais cela n'implique pas que
l'holocauste n'ait pas existé,cela ne peut pas excuser ceux qui avaient connaissance de l'existence des camps de concentration et qui se sont tus a rome comme a washington.Vous imaginez ce que
cette théorie de l'histoire révissionniste par nature pourrait ,poussée a son extreme ,conduire a l'intolérable. 
lorsque jean paul II s'éleve contre les dictatures et qu'il s'appuie sur les valeurs fondamentales de l'église,il l'a fait rayonner.il montre que le plus petit état du monde peut contribuer a faire
tomber le mur de berlin et libérer les peuples,jean paul II entre 39 et45 aurait il adopté le comportement de pie XII ? parce qu'il retrouve les "fondamentaux" Toute une jeunesse se tourne vers le
vieil homme et lui trouve des accents modernes.
Je ne crois pas de ce que j'ai lu des évangiles parle de compromission ,de diplomatie de pragmatisme,j'ai cru y lire de la tolérance soutenue par une volonté de fer ,d'un amour du prochain sans
limite et de révolte a l'égard de la souffrance des autres.
Je suis désolé si je vous ai bléssé,mais il n'y a nulle haine,ni aucun jugement juste une blessure ,un grand penseur ne doit être ni maladroit,ni réveiller les plaies,ni cautionner ,pour le moins
la faiblesse ou la lacheté. 


lambda 25/12/2009 22:29


Faire référence ou croire en l'Eglise ?