Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 08:18

 il y a quelques mois ,j'evoquais ici,les projets d'agrandissement d'orly,nous étions allés manifester ,enfin ,tres peu d'essonniens comme si nos communes n'étaient pas concernées

d'ailleurs j'observe que certains élus locaux sont plus prompts a aller manifester que l'autoroute a10 soit gratuite que contre les nuisances aeriennes ,il est vrai qu'une fois gratuite ,ils demanderaient immédiatement une sortie d'autoroute qui nous ferait exploser la circulation sur le territoire

pour en revenir a orly ,voilà des centaines de millions de travaux en prévision et la comission nationale du debat public n'est pas saisie !

L’aéroport d’Orly a ouvert ses portes en 1961, bien après l’urbanisation des communes situées

à proximité et s’est considérablement développé depuis ; 320.000 habitants résident aujourd’hui

dans le périmètre de gène sonore.

Pour limiter les nuisances subies par les riverains, l’arrêté ministériel du 6 octobre 1994 limite

l’activité de l’aéroport à 200 000 mouvements par an. Or non seulement ce seuil est largement

dépassé (234 000 mouvements en 2011), mais Aéroports de Paris vient scandaleusement de

faire connaître son intention d’investir 700 millions d’euros afin d’accueillir 40 millions de passagers par an, à l’horizon de 2018, soit une augmentation de 50 % du nombre de passagers

 

actuel.

ainsi il y aura un debat public sur le stade de rugby ,mais on organise la loi du silence sur cette enquête qui se termine le 9 novembre

voilà la delibération que je vais proposer au conseil municipal de janvry  et que je vais envoyer a mes collègues


Vu l’arrêté inter préfectoral n°2013-2714 prescrivant l’ouverture d’une enquête publique environnementale relative au projet de réalisation d’un bâtiment de jonction entre les terminaux Sud et ouest de la plate-forme aéroportuaire de Paris-Orly 

Vu le décret  n°96-388 du 10 mai 1996 relatif à la participation du public au processus d'élaboration des projets d'aménagement ou d'équipement d'intérêt national de l'Etat, des collectivités territoriales, des établissements publics et des personnes privées et qui définit les conditions dans lesquelles un débat public peut être organisé

Vu l'article L 121.8 du code de l'Environnement modifié par LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 - art. 246 qui précise que la Commission nationale du débat public est saisie de tous les projets d'aménagement ou d'équipement qui, par leur nature, leurs caractéristiques techniques ou leur coût prévisionnel, tel qu'il peut être évalué lors de la phase d'élaboration, répondent à des critères ou excèdent des seuils fixés par décret en Conseil d'Etat.

Vu les déclarations d’Aéroport de Paris en date du 17 octobre 2010  qui confirment que  les investissements prévus se situent  entre 400 et 450 millions d’euros, dont 300 à partir de 2015.

 

Considérant que l’intitulé de l’enquête publique est trompeur puisqu’il  ne concerne que le bâtiment de jonction  et non pas l’ensemble du projet d’ADP qui comporte aussi la création d’un satellite international de 12 000 m² et  de 6 postes avions destiné à accueillir les gros-porteurs.

Considérant que ces investissements ont pour objectifs d’accueillir 40 millions de passagers par an, à l’horizon de 2018, soit une augmentation de 50 % du nombre de passagers actuel.

Considérant que ce projet entraînera une augmentation des vols de « gros-porteurs »  plus bruyants et plus polluants.

Considérant que l’augmentation du nombre de passagers se traduira aussi par un accroissement du trafic routier et de la pollution. Le dossier d’enquête indique que le niveau de monoxyde de carbone (CO) et des particules fines augmentera de +14% .

Considérant qu’il est impossible d'augmenter l'emport moyen des avions dans les proportions annoncées par ADP et que par conséquent le plafonnement à "200 000 mouvements" fixés par l'arrêté du 6 octobre 1994 et repris dans le SDRIF de 2013 est menacé à terme.

 

 

Le conseil municipal

 

Donne un avis ...... au projet tel qu’il est soumis à enquête publique.

 

Considère que le projet revêt un caractère d'intérêt national en raison de son coût (supérieur à 300 millions d'euros), des enjeux socio-économiques et des impacts sur l'environnement et la santé des franciliens.

 

 

Demande que la Commission nationale du débat public soit saisie et qu’une véritable concertation à l’échelle francilienne soit mise en place. 


Partager cet article

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article

commentaires

Shalton Gray 30/10/2013 22:44

Il faudrait rendre à César ce qui appartien à César - cet article et cette proposition de délibération reprend, pas toujours reformulés, les arguments fournis par une association yerroise - fief de
Nicolas Dupont Aignan - que je connais bien : l'AVEVY.

Laquelle association a envoyé un courrier à l'ensemble des maires de l'Essonne, entre autres, le 10 octobre dernier, précisément sur le sujet de l'enquête publique et de son extension
souhaitable.

Ce courrier peut être retrouvé ici : http://www.varennesjarcy.fr/site/news00012753.php

Le seul bémol à cette action, louable et à encourager, de l'AVEVY, est que l'accroissement du nombre de passagers tout en maintenant le nombre de mouvements imposera l'arrivée de l'A380, avion de
ligne le plus silencieux qui soit à ce jour. Un bien pour un mal.