Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 16:35

 IMAG0117.jpgA l’heure ou le premier ministre  va demander un vote de confiance au parlement, je m’interroge sur cette curiosité :,les parlementaires du nouveau centre qui ont protesté sur la façon  dont le remaniement   a cristallisé sur le rpr la constitution du gouvernement, vont-ils voter la confiance au gouvernement ?

cette relation de soumission m’étonne,

Autant vous dire que je considère comme surréaliste, d’accorder LA confiance a un gouvernement qui a  considéré que le regard humaniste et européen du centre lui était inutile.

Je prêche pour une personnalité sans concessions, pour  des convictions  prenant racines dans un équilibre juste  de notre société ;

CHARLES PASQUA ,Vieux requin de la politique avait l’habitude de dire que » l’on ne s’appuie que sur ce qui résiste »,c’est bien en exprimant une d’identité forte, pétrie de convictions et sans craindre de chagriner ,que le nouveau centre aura une raison d’exister,sinon ce sera une succursale que les actionnaires fermeront lorsqu’ils le jugeront utile.

Pour ma part, et pour celle de nombre de mes amis,je n’ai pas la vocation d’être un supplétif,j’ai envie de bon sens ,de créativité et d’oxygène.,c’est a ce prix que nous serons de plus en plus nombreux a revendiquer une société sereine,apaisée et juste.

Le prix Nobel de la paix  birmane a invité chacun a "briser le mur de la peur" : la peur de perdre son mandat électoral,la peur de ne pas être soutenu pour le gagner, la peur  de voir disparaître ses petits avantages,c’est cette peur qui tétanise notre petit monde politique

Soyons de ceux qui préfèrent londres a vichy et qui revendiquent leurs convictions au risque de prendre la mer pour un voyage sans certitudes? sinon celle d’être justes.

Je vous invite a  nous rejoindre et gonfler les rangs de la fédération du nouveau centre en Essonne,nous avons besoin de guerriers arqueboutés sur une certaine idée de la france ,de l'europe et d'une société solidaire et humaine,

j'assume le bonheur d'une fédération ,mauvaise élève et insoumise, pourvu qu'elle soit au service du citoyen loin des querelles de personnes et des calculs des ambitions personnelles. 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Nicolas Venance 27/11/2010 19:46


Le supplétif, c'est celui sur la tête duquel on s'appuie, pour sortir de l'eau à la piscine, c'est celui sur les doigts duquel on marche alors qu'il s'accroche au bord du précipice, c'est celui qui
porte vos paquets quand vous en avez assez de le faire et celui auquel on prend les clés de sa voiture quand la sienne est en panne...

Est-ce aujourd'hui l'idéal auquel aspirent les centristes ? Leur dévouement pour le RPR est-il sans bornes ? Courent-ils après les médailles en chocolat ?

Dans tous les cas de figure, c'est ainsi que le RPR considère les Centristes...


Curieux 25/11/2010 17:16


N'aviez vous pas un guerrier comme président du Nouveau Centre en Essonne il y a quelque mois ? Pourquoi ne pas lui demander de revenir ? Vous feriez une solide équipe.


Christian SCHOETTL 25/11/2010 19:24



il faut des guerriers pas des mercenaires



claude.meurisset 25/11/2010 09:39


Bravo pour cette chronique courageuse, mais malheureusement la fédération départementale sera emportée par les eaux de la débâcle. Le nouveau Centre est le parti qui va perdre le plus en 2012. Le
ou plutôt les centres ont perdu toute crédibilité puisqu’il ont voté toutes les lois proposées par le gouvernement et certain centriste ont même une carte UMP. La fédération départementale trouvera
son salut en prenant son indépendance en créant une entité nouvelle loin des partis en ne se contentant pas seulement de critiquer mais en faisant des propositions (nous n’en avons entendu aucune
jusqu’à présent). Si elle est composée d’hommes de qualité et si ses propositions sont justes et bonnes pour la nation elle n’a rien a craindre. Bien sur elle sera privée un temps de l’appui et des
subsides d’un parti mais.

Juxtapose à la fatalité la résistance à la fatalité. Tu connaîtras d’étranges hauteurs.