Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 18:05

A l'heure,où toute l'europe ,sauf la france va respecter une minute de silence a l'occasion des jeux olympiques en mémoire du carnage des sportifs israeliens de munich, a l'heure où des touristes israeliens se font massacrer en bulgarie et que notre pays ,on abat une petite fille froidement d'une balle dans la tête,il n'est pas inutile,de commémorer la rafle du Vel  d'hiv,il n'est pas inutile ,non plus,de lutter contre le révisionnisme rampant

Avec un talent pervers,on voudrait nous faire oublier que ,pendant ces années noires,les communistes alliés de l'allemagne nazie n'ont pas bougé une oreille pendant près de trois ans,une réecriture de l'histoire ,voudrait nous en faire des résistants de la première heure ,en bafouant toute une classe politique ,qui n'était pas de gauche et qui a répondu a l'appel du général de Gaulle

ces dizaines années de silence sur une période peu glorieuse,francisque a l'appui pour certains,a longtemps été mise sous le boisseau.

je suis ravi que Francois Hollande au nom du "droit d'inventaire" assume les comportements troubles de Francois mitterrand,et je serais honoré pour notre pays qu'il condamne cette partie de notre histoire qui a ,certaienment trouvé une "solution d'état" un jour de de juin 1993

Bundesarchiv_Bild_101I-027-1475-38-_Marseille-_deutsch-fran.jpg

 

sur la photo ,l'homme avec le col de fourrure  :René Bousquet

L'assassinat de René Bousquet  en juin 1993,par christian didier alors qu'il allait ,enfin être traduit en justice a arrangé ,bien des personnages au pouvoir ,qui ,ont tout fait pour ralentir la procédure judiciaire,cet assassinat ne saurait faire oublier les liens et le role majeur que des francais ont joué pour que des milliers de juifs soient déportés

petit rappel

En avril 1942, au moment précis où les SS prennent, en zone occupée, la responsabilité du maintien de l'ordre, Pierre Laval  nomme rené bousquet au secrétariat général à la police avec dans la limite de ses attributions délégation générale et permanente à l'effet de signer au nom du Ministre Secrétaire d’État à l'intérieur, à l'exclusion des décrets, tous actes, arrêtés ou décisions relatifs aux dites attributions

6. Il occupe, à ce titre, un rôle principal dans la collaboration policière de

 Vichy avec l'occupant allemand.

 Après une rencontre avec Heydrichle 6 mai 1942, il engage à partir de juin

 une négociation sur les questions de police avec le général SS Karl Oberg nommé dans l'intervalle Chef supérieur des SS et de la Police en zone occupée. Selon le principe de la « liberté prussienne » appliqué à la police collaboratrice, René Bousquet pouvait disposer d'une large autonomie à condition qu'il promît de combattre les ennemis du Reich (Juifs, communistes, résistants)7. Le mois suivant quatre convois de 1000 déportés Juifs partirent pour Auschwitz. Conformément aux instructions signées Hitler du 9 mars 1942, le général Oberg avait le droit de « donner des instructions aux autorités et forces de Police françaises, de les contrôler et de disposer de l'engagement des Forces de Police françaises ». Finalement il obtiendra avec la déclaration Oberg du 8 août 1942 « que la police puisse agir sous sa propre responsabilité »

En contrepartie, les services de répression française devaient collaborer avec les services de sécurité du Reich dans la lutte menée contre les « terroristes8 ». (le texte définitif du 8 août mentionne également les communistes et les saboteurs, mais en aucune façon les Juifs)9,10.

En mai 1942, il demande à Heydrich si les Juifs apatrides internés en zone libre depuis un an et demi peuvent être déportés en même temps que ceux internés à Drancy11, 12. Le 2 juillet 1942 il s'engage devant Carl Oberg,

 contre la promesse de diriger un corps de police unifié, à mettre ses hommes au service de l'occupant pour arrêter les Juifs étrangers dans les

deux zones puis organise le 4 juillet avec Helmut Knochen et Theodor Dannecker la rafle des Juifs étrangers et apatrides du 16 et 17 juillet 1942 à Paris (Rafle du Vélodrome d'Hiver) suivies le 26, 27 et 28 août de rafles en zone libre qui n'ont pas épargné les enfants Juifs de moins de seize ans suite à la proposition de Pierre Laval13,14. Fin juillet il reçoit une lettre du

 général SS Karl Oberg le félicitant de la conduite exemplaire de la police française

Alors que Theodor Dannecker insiste pour que 11 000 Juifs de la zone libre leur soient livrés, Bousquet assure à Helmut Knochen chef du SD en France que les 3 000 premiers Juifs de la zone libre seront entre leurs mains avant août16. Il accélère la déportation des Juifs étrangers de la zone libre. En effet à l'automne 1942 8 000 à 10 000 d'entre eux sont arrêtés17,18.

Le 10 septembre 1942, recevant le pasteur Marc Boegner, chef des protestants français, René Bousquet se montre particulièrement intransigeant et refuse de renoncer à la traque des enfants juifs soustraits aux convois de déportation et cachés par les Églises et les particuliers : « Nous les chercherons. (…) Nous les prendrons là où ils sont. (…) Nous devons les chercher. » Selon les notes du pasteur Boegner, Bousquet « estime que quelle que soit l’issue de la guerre, le problème juif devra être résolu. Les Allemands transfèrent en ce moment des centaines de milliers de Juifs des nations qu’ils occupent en Pologne du sud. Mais le problème est international. En France, Bousquet voit les juifs français incorporés à la nation française avec des obligations strictes et des droits limités. Est-ce le ghetto qu’il souhaite19 ? »

556419_422423107797005_1993761150_n.jpg

En 1974, René Bousquet soutint et apporta son concours financier au candidat François Mitterrand contre Valéry Giscard d'Estaing, comme il l'avait fait en 1965, pour sa campagne contre le Général de Gaulle. À l'époque, la législation sur le financement des partis politiques était assez vague et les partis de Gauche rencontraient des difficultés alors que ceux de Droite bénéficiaient du soutien du patronat.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article

commentaires

etonne 24/07/2012 20:52

Vous l'avez vraiment en travers de la gorge! Et oui, le suffrage universel a parlé, le résultat est là, devant vous, et vous ne l'acceptez pas! La gauche est majoritaire en France, et vous nous
ressortez des vieilles histoires...
Vous êtes vaincus, à genou.....
Soyez constructif, parlez-nous de vos futures projets pour la France... Cherchez-vous de nouveaux alliés, vous êtes le spécialiste............

Christian SCHOETTL 25/07/2012 06:47



en lecteur attentif de ce blog,vous avez tout compris ,je suis a genou,terrasssé,sans vie,sans rires,hagard,incapable de formuler une pensée cohérente


c'est amusant comme le suffrage universel,il est a geométrie variable suvant celui qui remporte l'elction,allez ,detendez vous ! tout va très bien et nous allons observer avce interet commen,t ce
gouvernment aborde les difficultés de francais



Astopho Ramirez 24/07/2012 16:45

Dire que les communistes français ont été les alliés des nazis, là est la réécriture de l’histoire.

C’est en effet oublier totalement le rôle joué par le PCF dans la lutte contre les totalitarismes, dès 36 au travers de leur soutien aux républicains espagnols. Ce sont d’ailleurs des membres du
PCF de l’époque qui ont crée une importante compagnie de fret maritime, qui a permis de livrer des quantités d’armes aux combattants républicains.

En 39, la signature du pacte germano-soviétique a créé en réalité un véritable séisme chez les membres du PCF. La presse communiste, puis le parti, ont été interdit et dissous dès 39 par Daladier.
Si certains membres du PCF ont tenté de négocier avec le régime de Vichy une autorisation de parution d’une version d e l’Humanité soumise à la censure, et si certains se sont rendus en URSS pou y
entendre et négocier la position du PCF, de nombreux communistes français se sont rapidement levés contre l’occupant nazi. Ainsi dès la fin 39, le parti se positionne clairement contre les
occupants. Une directive indique que « il est évident que le Parti est menacé de graves dangers de la part des manœuvres de l'occupant. Par conséquent, nous vous proposons la règle de conduite
suivante : le parti doit catégoriquement repousser et condamner comme trahison toute manifestation de solidarité avec les occupants. »

Peu connu est le texte rédigé par Charles Tillon, représentatif de l’avis de nombreux cadres du PCF et destiné à un affichage et à diffusion clandestine, qui stipule « Le peuple français ne veut
pas de l'esclavage, de la misère et du fascisme, pas plus qu'il n'a voulu la guerre des capitalistes. Pour un gouvernement populaire, libérant les travailleurs, rétablissant la légalité du Parti
communiste, luttant contre le fascisme hitlérien Peuple des usines, des champs, des magasins et des bureaux, commerçants, artisans et intellectuels, soldats, marins et aviateurs encore sous les
armes, unissez-vous dans l'action. » Ce texte a été rédigé le 17 juin 1940, un jour avant l’appel du 18 juin. Et vous osez parler de l’alliance entre les communistes français et les nazis…

Fin 40, le PCF se réorganise dans la clandestinité et dès début 41 il se met en ordre de bataille ; Il entre « officiellement en resistance » (seul parti à l’avoir fait par ailleurs !) en juin 41,
souscrivant en cela aux recommandations de Staline. Les FTP français sont crées dès la fin 41. De grands noms de la résistance sont connus de tous, mais tous ne savent peut être pas qu’il
s’agissait de militants communistes : Jean Jérôme, Pierre Georges (le colonel Fabien), Benoit Frachon (qui s’est d’ailleurs caché entre Limours et Forges Les Bains), Jean Pierre Timbaud, Charles
Tillon et son beau frère Meyer, etc.

Alors merci au regard de tout cela et de tous ceux des résistants communistes morts pour la France de garder vos propos injurieux pour vous !

Christian SCHOETTL 24/07/2012 18:14



je crois reconnaitre ce style qui m'a fait pédaler,merci de cet éclairage utile


affirmer que le parti communiste n'a pas été dans une totale ambiguité jusqu'a la rupture avec staline,me semble osé


je vous confirme que des personnalités comme dans de nombreuses structures ont rué dans les brancards,


en tout cas je vous remercie de cet apport,


et gardez vous de commencer a séparer les resistants morts pour la france en courants ,je revendique a cet instant que ceux qui sont morts pour la france ,l'ont fait pour leur pays et non pas
pour le communisme ,israel,ou le royalisme,ce serait uien instrumentamlisation morbide du sacrifice qu'ils ont fait et une deùmonstration de mes propos


 



blh 22/07/2012 19:21

« Nous sommes réticents aux meurtres particuliers, mais permissifs aux génocides et résignés au meurtre général, biologique. »
de Viviane Forrester
Extrait du La violence du calme