Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 17:27

Impossible de ne pas vous faire ce copier/collé :

 

Aung San Suu Kyi, dès sa libération, a redit ce qu'elle était. Façonnée par des dizaines d'années de persécution, ayant sacrifié sa famille, sa santé, sa liberté, elle a traversé le mur de la peur : « Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur ; la peur de perdre le pouvoir pour ceux qui l'exercent et la peur des matraques pour ceux que le pouvoir opprime... Dans sa forme la plus insidieuse, la peur prend le masque du bon sens, voire de la sagesse, en condamnant comme insensés, imprudents, inefficaces ou inutiles, les petits gestes quotidiens de courage qui aident à préserver respect de soi et dignité humaine. Dans un système qui dénie l'existence des droits humains fondamentaux, la peur tend à faire partie de l'ordre des choses. Mais aucune machinerie d'État, fût-elle la plus écrasante, ne peut empêcher le courage de ressurgir encore et toujours, car la peur n'est pas l'élément naturel de l'homme civilisé. »

 

L'esprit de résistance,voila ce qui doit rester a l'esprit et ne jamais penser qu'une atteinte a la liberté est insignifiante.

Partager cet article
Repost0

commentaires

NIALAD 22/11/2010 11:19


Quelle belle leçon de courage et de sagesse.... La peur existe effectivement des deux côtés: chez les oppresseurs comme chez les opprimés, même si sa cause est bien différente! Face à un mur
dictatorial, de quel courage faut-il faire preuve pour ne pas renoncer à ses propres convictions!! S'ils avaient été animés par la même forme de courage, de nombreux collabos de Vichy se seraient
transformés en Résistants. Mais il n'est nul besoin, hélas, de remonter aussi loin dans le temps pour trouver de multiples exemples de l'antithèse du courage: la lâcheté!