Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 21:51

 

2011-MAI-0201.jpg

Au bord du lac,ces masses de bois,de toits de chaume épais,pas pour la décoration,pour de vrai,des constructions, fruit du travail,de l'expérience,batiments épurés,orientés pour résister aux froids les plus violents,batis pour la vie,pour la survie.

2011-MAI-0183.jpgDes promesses de refuges surs,élaborés avec la rigueur du savoir faire ancestral de la tradition orale,de la mémoire du geste 

2011-MAI 0182

Ces batisseurs du quotidien,ces héros de l'ordinaire ont crée des maisons de génération en génération,sans fioritures ou presque,sans prétention que celle de traverser les saisons

2011-MAI-0180.jpg

Construire un moulin pour la farine du quotidien ,batir une chapelle,c'était d'abord abattre des arbres en forêt,débarder les grumes,en tirer des planches et des solives,les raboter et les assembler sans abandonner le quotidien neccessaire

2011-MAI-0195.JPG

2011-MAI-0184.jpg

2011-MAI-0187.jpg

Cette impérative neccessité d'aller a l'essentiel au vrai ,au bon geste qui donne a la matière son role,sa fonction ,son sens, sans détournement esthetique,un peu comme ce tailleur de pierre,batisseur de cathédrale

2011-MAI-0110.JPG

Cette vraie sagesse qui donne la force a la matière et qui la rend belle.

Il n'y a pas de nostalgie, mais bien une interrogation sur ce que devait signifier le mot famille,lorsque l'on vit dans une seule pièce durant de longs mois,lorsque l'hiver vous claquemure et où le froid peut tuer l'imprudent.

 

Quel regard sur la vie ,quant au matin la première proccuppation est le bois pour le feu qu'il faut raviver,quand préparer un repas reléve d'un tout autre travail que d'aller faire ses courses au supermarché ?

Quand un hiver qui dure voit les reserves s'épuiser ...

A les voir ces maisons solidement cohérentes avec leur environnement,je me dis que toutes nos régles actuelles,nos automatismes, nos habitudes et nos logiques,nos ambitions sont formidablement récentes.

2011-MAI-0198.jpg

 

Dans ce printemps letton où explosent dans les prairies les marguerites et les boutons d'or,j'imagine ces enfants sortir  des masures ,après ce long hiver , et exploser a la lumière.Je les envie de ces instants enivrants ,de cette renaissance dont je n'imagine pas le prix

2011-MAI 0179

Si,parfois,nous nous interrogeons sur ce qui nous pousse a vivre,si nous pouvons nous permettre des états d'ame existentiels,c'est un véritable luxe qui n'a pas de droit de cité dans ces foyers de l'obstination a la vie

 

vous ai-je dit que mon dromadaire me manque ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article

commentaires

blh 20/05/2011 22:29


ce bois,cette eau et ce dromadaire me font penser à un texte de alassane Ndaw "connaitre une chose, c est être en union avec elle, lui être intérieur et l aborder de dedans. en demeurant à l
extérieur, on ne peut jamais connaitre une chose dans son essence. Pour connaitre les choses, il ne faut pas les disséquer, il faut plutôt les unir à une autre chose." ces photos invitent à unir
des choses entre elles, des choses uniques,incongrues,tendres, étranges. Par exemple à regarder un arbre comme un être vivant.