Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2020 5 27 /03 /mars /2020 16:51
la malice d'un vieil ami

cela n'a rien avoir avec rien ,juste envie de partager ce joli texte a l'image de son auteur ,comme le temps ne compte pas ,prenez le temps de cette parenthése légère et plus profonde qu'on ne l'imagine 

                              La mémoire et la musique entretiennent d'étranges rapports. Quand je parle de musique, ce n'est pas de la grande musique, la musique symphonique ou classique, pas seulement, il s'agit aussi et surtout, en cette occurrence, de la musique populaire, celle des rues, la musiquette, la ritournelle, la chansonnette.

Alors  que nous avons tous lu ou entendu des textes admirables, émouvants ou  pathétiques, des textes fondateurs dont nous sommes tout juste capable de nous souvenir d'un lambeau de phrase, d'un mot, d'une idée. En revanche, trois notes de musique, plaquées sur des vers de mirlitons, des paroles insipides, bêtasses, ou consternantes, sont mémorisées, parfois à vie. Il suffit d'entendre les notes et c'est le déclic, les mots s'enchaînent, intacts, sans aucun effort, ils sortent tous seuls..

Tout le monde se souvient instantanément des comptines de son enfance, moi même je me souviens sans aucun effort de l'intégrale des paroles du "petit vin blanc" une ritournelle  à la mode il y a soixante dix ans, celles de "ma cabane au canada ou "d'étoile des neiges" et de beaucoup d'autres fadaises, chantées il y a des décennies.

Etrange pouvoir de la musique sur la mémoire, étrange fonctionnement de la mémoire.

Je me demande parfois si les textes que nous jugeons comme étant essentiels, des textes fondateurs pour notre civilisation  ne devraient pas être mis en musique afin qu'ils puissent être facilement mémorisés par le plus grand nombre. Bien sûr, cela a été parfois fait, mais les compositeurs ont écrit des musiques qu'ils croyaient être en accord avec les textes, des musiques solennelles, souvent pompeuses ou compliquées qui rendaient impossible la mémorisation des paroles, et ainsi rebutaient la plupart. 

Pour que l'expérience soit significative, il faudrait des musiques légères, simples, de la musique des rues, la ritournelle. La déclaration universelle des droits de l'homme, sur l'air du petit vin blanc, l'évangile de Jean sur l'air de la belle de Cadix, le discours de Malraux au panthéon sur l'air de Stranger in the night ou celui du Père Dupanloup, le discours du 18 juin sur l'air de petit papa noël  ou de la javanaise

Evidemment ce ne sont que des propositions, mais… un jour, peut-être ?

la malice d'un vieil ami

Partager cet article

Repost0
Published by Christian SCHOETTL