Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2018 5 02 /03 /mars /2018 13:05
tricotons leur une cotte de de vie

j'ai une passion pour les enfants ,mes "monstres" de janvry ,je les aime,ce n'est pas une posture ,c'est dans les tripes

chacun d'entre nous veut "armer" ses enfants pour l'avenir,ce qui laisse a penser que la vie n'est qu'un combat

nous leur forgeons des armures pour les protéger ,pour leur éviter les coups et les violences au résultat que nous fassions des armures bien lourdes a porter des carcans qui les contraignent a bien des lenteurs ,des lourdeurs ,des précautions,a les faire hésiter a regarder loin, haut

très modestement ,a tout petit niveau je veux leur apporter ,des petites pépites de bonheur pour les aider a se construire,je crois que npous les "grands" nous devons semer des piuerres sur le chemin pour que les petits poucets trouvent leur route

je veux leur tricoter des souvenirs durant cette enfance qu'ils passent ici ,un tricot si épais ,si chaud ,si souple qu'il devienne une cotte de vie

je veux qu'ils côtoient la vie avec de vrais animaux qui vivent ,qui meurent ,qui naissent ,je veux qu'ils sentent le respect et l'amour qu'on leur porte ,je veux que nous soyons arqueboutés a leur faire decouvrir le monde et un monde positif,créatif a conquérir a bras le cœur

tricotons leur une cotte de de vie
tricotons leur une cotte de de vie

si nous leur plantons a chacun un arbre c'est pour qu'ils aiment cette terre ,qu'ils prennent racines ,qu'ils aiment ce monde qu'ils mesurent il vit ,il pousse ,il prospére  a leur coté pourvu qu'on l 'y prenne garde

tout ceci doit vous sembler  soit prétentieux soit de l'ordre de la sensiblerie mais je crois que mes monstres toute leur vie se souviendront des petits trains dans lesquels ils montaient ,de ces dromadaires qui venaient les voir a l'école ,d'un drôle de père noel qui avait le même parfum que "papa monstre" ,il se souviendront des pains au chocolat du vendredi ,de la plage l'été et de la neige l'hiver

ils diront "moi quand j'étais mome "....j'allais nourrir les animaux le dimanche et avec l'école on partait en voyage ,quand il y avait grève, on allait au cinéma et on mangeait au restaurant,on montait avec kiki dans le car  et on allait ramasser et presser les pommes et l'hiver on sortait de l'école et on allait faire du ski en buvant du chocolat chaud

 

tricotons leur une cotte de de vie
tricotons leur une cotte de de vie
tricotons leur une cotte de de vie
tricotons leur une cotte de de vie

bien sur ,il y a les normes ,les "normes" celles qui permettent de protéger ,de prévenir , mais aussi de tout lisser ,de tout rendre inodore et sans saveur

interrogez vous sur ces normes si rassurantes et si irresponsabilisantes ,a l'école j'ai posé de la moquette dans les classes ,les enfants peuvent y vivre en chausson, c'est moins bruyant, plus feutré ,cela ne résonne plus ,plus un bruit de stylo qui tombe pour troubler le silence attentif...

si vous saviez ,ce que cette moquette ,interpelle ,inquiète, traumatise ,tout y passe  : allergie ,hygiène ,etc ...En fait tout simplement  : "cela ne se fait pas"

la nostalgie du bon vieux dalami en plastique que l'on a dans tous les bâtiments publics ,écoles crèches etc  qui recèle pour certains de l'amiante mais c'est "dans la norme"

alors oui,dans mes excès ,j'ai rêvé de les emmener en voyage ,loin en afrique du nord ,en Irlande.... je crois en ces enfants ,en la confiance ,en l'amour de la vie et des autres qu'on peut leur faire gouter  ,en aucun cas ce n'est une substitution au role des parents c'est juste qu'ils soit dans un environnement qui se préoccupent d'eux non pas pour les protéger" frileusement mais pour qu'ils soient des "petits d'hommes" qui ne craignent pas de regarder l'horizon car ils ont les deux pieds bien plantés en terre et qu'ils se savent aimer

libres enfants de summer hil ai je connu,je forme le vœux des heureux enfants de janvry

 

tricotons leur une cotte de de vie
Partager cet article
Repost0
Published by Christian SCHOETTL

Présentation

  • : Le blog de Christian SCHOETTL
  • : chronique d'un élu local trop libre pour se taire
  • Contact

Recherche

Liens