Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2016 2 05 /01 /janvier /2016 14:08

le president actuel du conseil général et ami m'a fait un compliment ,il y a quelques jours ,il m'a dit "tu ne laches rien !"

en effet ,j'ai trop entendu jerome guedj et carlos da silva l'homme lige de manuel valls nous donner des leçons de gestion,être gonflés de prétention et de suffisance pour nous expliquer que les finances départementales étaient bonnes ,que l'impot et son augmentation n'étaient pas un gros mot, mais pas a l'ordre du jour,

je les ai trop entendu m'expliquer que nous n'y connaissions rien et que nous faisions de la mauvaise politique,trop de mépris ,trop de nonchalance a l'égard des finances publiques pour que tout cela reste impuni

je les ai trop vu dépenser a tour de bras en embauches amicales ,en communication, en voyages ,en frais de bouches, en dépenses partisanes pour ,aujourdhui lacher quoi que ce soit

quand on découvre que ces gens là ont creusé un trou abyssall,qu'ils l'ont dissimulé et ont méprisé les alertes que leur faisait l'état

108 millions d’euros de factures cachées

Incapable de mener une politique d’économie, l’ancienne majorité avait mis en place un système de cavalerie.

L’audit a révélé une situation grave : le budget voté était insincère car il ne correspondait pas à la réalité.

Toutes les recettes étaient bien inscrites mais pas les dépenses.

En clair, les crédits inscrits étaient sous-estimés de 12 millions d’euros par an environ et ne permettaient pas de payer les fournisseurs en fin d’année.

Au fil des ans, la cavalerie a atteint la somme astronomique de 108 millions d’euros.

Le Département se trouve dans l’incapacité de payer cette somme. Il se trouve en cessation de paiement. Pour une entreprise, la conséquence est la faillite. Pour une collectivité, c’est la mise sous tutelle du préfet.

Une dette multipliée par cinq : un milliard d’euros

À cette situation exceptionnelle, s’en ajoute une autre : celle de la dette qui tangente, en 2015, le milliard d’euros… contre 200 millions d’euros en 1998.

Si l’Essonne avait maintenu ses dettes comme les autres Départements, elle s’élèverait à 300 millions d’euros.

Le 11 décembre 2014, le préfet lui-même s’est inquiété de la situation en adressant au président de l’époque une lettre l’alertant sur le niveau de la dette et le poids de son remboursement qui “représente 68 euros par habitant contre 38 euros pour la moyenne des Départements de plus d’un million d’habitants”.

En effet, l’Essonne est désormais parmi les Départements les plus endettés de France.

 

porter plainte pour insincérité des comptes publics contre jerome guedj et son vice président aux finances

en décembre ,j'ai indiqué que je porterai plainte si l'executif actuel ne le faisait pas,a la suite de cet article plusieurs élus m'ont indiqué souhaiter s'associer a cette démarche

le 11 janvier francois durovray ,président du conseil général recoit les maires pour présenter la situation et il est clair qu'elle est plus  que sombre ,il est  clair que le tour de vis sera a plusieurs tours ,

on parle d'augmentations imposées par la cour régionale des comptes vertigineuses ,a la suite, au mois de janvier ,il y aura une seance publique au conseil général

j'ai convenu avec les élus qui me suivent que nous attendrions cette séance pour entendre les choix et les décisions du nouvel executif car aucun essonnien ne comprendrait que la nonchalance de jerome guedj et de carlos da silva ne soit pas poursuivies

en régle générale si les élus n'étaient  pas responsables de leurs actes ,si le mensonge et la dissimulation étaient une pratique tolérée et tolérable alors il ne faudrait pas se plaindre de l'ulcération des citoyens et de leurs choix electoraux,il est d'ailleurs étonnant de voir plus d'élus locaux poursuivis pour un panneau de basket ball défaillant que pour la ruine d'une commune  et de ses concitoyens

porter plainte pour insincérité des comptes publics contre jerome guedj et son vice président aux finances

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL