Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 17:16
chroniques de mon village janvry N°3 janvry occuppée janvry libérée

j'espère que vous avez hate d'avoir la suite !

Je parle peu de l’église car de mon coté je ne l’ai fréquentée que dans les bancs du fond où les jeunes gravaient leur noms et leurs messages amoureux et où nous guettions les filles du village,j’ai d’autres anecdotes avec l’eglise mais elles viendront plus tard

Je me souviens par contre de mr joseph ,ce personnage incroyable a mes yeux forgeron terrible qui battait le fer avec rudesse et application qui nous faisait agiter le soufflet jusqu’a ce qu’ill’ électrifie, quand il se tenait devant son feu a battre la matière incandescente, il fallait attendre et rien ne l’aurait interrompu sauf peut-être la venue de mon père pour qu’il vouait je crois un grand attachement

Durant la guerre notre village ne s’est pas couvert de gloire, les allemands occupaient le château ,la plupart des agriculteurs se sont refait une santé financière grâce aux produits qu’ils vendaient soit a l’armée allemande soit au marché noir ,c’est un fait ,il faut l’assumer et comme ne pas dire que certains, heureusement pas de janvry ,se postaient sur la route de Limours pour vendre de l’eau a boire aux parisiens qui partaient pour l’exode,

chacun dit ici que les agriculteurs les de cokere de frileuse et le grand père brichard ont sauvé l’honneur,ce qui ne veut pas dire que localement on ne s'entraidait pas ,cela veut dire que pour des "étrangers" c'était plus difficile

je sais que c'est un sujet inabordable et source de blessures,sur lequel un chappe de silence reste posée

quant a la résistance ,si elle fut relativement discréte ,j'ai la dessus une théorie toute personnelle  : durant la guerre la direction nationale du parti communiste etait a trois têtes :charles tillion,  caché a limours,jacques duclos a palaiseau ,et benoit frachon a forges les bains,une des imprimeries clandestines du parti communiste avait été déménagée a gometz la ville ,

nos trois clandestins sillonnaient le hurepoix en velo sous prétexte de peinture amateur pour se retrouver ! j'ai la profonde conviction que la résistance de  facon non affichée avait été priée de ne pas faire risquer une arrestation a un barrage de ces trois hommes en ayant une activité trop marquée dans ce triangle geographique,alire sur le sujet l'excellent livre d'emmanuel de chambost  les cyclistes du hurepoix

 

claude sarraute et jacques becker realisateur notament des amants de montparnasse
claude sarraute et jacques becker realisateur notament des amants de montparnasse

claude sarraute et jacques becker realisateur notament des amants de montparnasse

Un peu piteux de savoir que madame nathalie sarraute ses filles et le réalisateur jacques becker venus se cacher des rafles dans la maison du jardinier de la chanson ont du s’enfuir de notre village suite a une dénonciation

A JANVRY, vivait un monsieur pouillaud ,un monsieur sans grand relief, qui avait tenu au lendemain de la guerre et jusqu’en 1990 un magasin sans âme et poussiéreux de chaussures dans la commune de Limours

un monsieur tout le monde, un quidam , un peu gris, sans grande intelligence Pourtant un matin de 1940 mr pouillaud, qui ne lisait pas plus les journaux qu’un autre ,qui n’avait une conscience politique avérée , a fermé la porte de sa maison de JANVRY et est parti a pied vers l’Espagne, c’est loin l’Espagne ,a pied ,même en temps de paix

Il a traversé les Pyrénées s’est évadé de geôles espagnoles où on l’avait enfermé, est passé par Gibraltar, le maroc, avec une énergie désespérée a rejoint Dakar pris un bateau rejoint Londres s’est enrôlé dans la 2°db, a débarqué en France est arrivé avec sa colonne jusqu’à Limours est remonté a vélo a janvry pour embrasser les amis et a rejoint sa colonne pour foncer vers l’Allemagne

Toute ma vie je m‘interrogerais sur ce qui il y a eu de certitude sacrée au fond de monsieur pouillaud et qu’est-ce qui l’a fait naitre

J’ai connu mr pouillaud qui habitait rue du marchais a la fin de sa vie, dans une situation financière délicate, avec l’étonnement pour moi d’être face a un héros et a un mystère

Le « jour de la libération » jean joseph s’est précipité pour accrocher un drapeau français en haut du clocher, mais sur la route de chantecoq ,les villageois ont cru voir arriver une colonne allemande ,

jean joseph a regrimpé vite fait descendre le drapeau jusqu’à ce que la colonne en question se révèle être l’armée canadienne !

chroniques de mon village janvry N°3 janvry occuppée janvry libérée
chroniques de mon village janvry N°3 janvry occuppée janvry libérée
chroniques de mon village janvry N°3 janvry occuppée janvry libérée
chroniques de mon village janvry N°3 janvry occuppée janvry libérée
chroniques de mon village janvry N°3 janvry occuppée janvry libérée

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article

commentaires

patricia 14/04/2015 23:42

Dis moi chez m pouillot je frois que vivait une grand mere..?. La grand mere Pouillot ??? Et chez les Joseph j y ait fait la vaisselle pour qq sous j avais 14 ans a peine et avais toujours droit a une part du dessert