Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 15:22
chroniques de mon village : janvry n°1 mémoires affectives

Une de nos conseilléres municipales ,m'interrogeant sur ceci ou cela de l'histoire de notre village m'a fait réaliser combien la mémoire était volatile et combien nous sommes de passage

je mesure aujourdhui combien j'ai oublié d'interroger mes parents sur notre histoire familiale et combien ceci a disparu a jamais

je me suis donc amusé a coucher sur le papier ces souvenirs qui me remontent ,je vais le découper en tranches inégales suivant la consistance et les publier au gré du temps

chroniques de mon village : janvry n°1 mémoires affectives
chroniques de mon village : janvry n°1 mémoires affectives

Mon village A force de me sentir jeune, je réalise que je porte désormais une partie de la mémoire de mon village, de ces anecdotes qui n’ont d’intérêt que pour une poignée mais qu’il serait dommage de perdre définitivement

Alors, rien n’est ordonné, mais je vais écrire comme cela me vient, trois lignes ou un chapitre suivant la mémoire

Comme je suis arrivé très môme ici, la seule grande activité que nous avions était de pêcher les goujons dans les douves du château je réalise avec le temps combien ces douves ont été centrales pendant toute une période, d’abord parce qu’il y avait des bistrots partout ,trois sur la place ,un en face de la mairie ,deux a mulleron et un a la brosse….

en fait la plupart des bistrots étaient stratégiquement installés près des fermes qui employaient des journaliers, jusqu’à 500 par jours a la belle saison des petits pois ,

main d’œuvre constituée essentiellement de clochards ramassés a paris par une société qui les ramenait a la demande des agriculteurs dans le village

Journalier, cela veut dire payé chaque jour, parfois a la tache effectuée, j’ai moi-même été payé au sac de pommes de terre ramassé, cela veut dire qu’a peine la paye touchée, ils filaient au bistrot pour étancher leur soif,

En 1955 le maire de la commune reçut une pétition des habitants n’en pouvant plus des corps gisants sur les places de la commune, du « stupre » et des vomis et excréments qui souillaient le village

Le château d’eau ,désormais rasé, rue du grand cèdre servait de prison municipale et de cellule de dégrisement

je me souviens de mr boussuge, garde champêtre avec lequel, j’ai quelques souvenirs qui perdurent et dont je parlerai plus tard, un double souvenir de ses tenues,de toile rugueuse grise et de velours marron côtelé, mais aussi de sa casquette de garde champêtre

Une époque où a la « grande ferme », comme a celle de la brosse, notamment, on vendait le lait sorti tout droit du pie des vaches le soir a l’heure de la traite chacun arrivait avec son bidon ,pot a lait en aluminium, a l’entrée de l’étable, il y avait ce mélange de parfums, certains diraient d’odeurs, du lait chaud, capiteux, presque fumant et celle du fumier, de l’odeur des bêtes, contraste étonnant entre ce blanc immaculé et une étable au sol par nature souillé ,pas de traite électrique dans ma mémoire, ni chez les larue ni chez les rousseau a la brosse

la "grande ferme" de janvry

la "grande ferme" de janvry

 L’époque aussi où la forge de monsieur joseph et surtout de son père battait son plein, mais voyait arriver la mécanisation celui qui remonte la rue du marchais en observant bien, découvrira des anneaux scellés dans les murs des façades des maisons qui remontent ainsi jusqu’ a la forge

car, en fait, le lundi matin ,sagement alignés le long de la rue et venues des fermes se trouvaient les bêtes qui avaient besoin d’un ferrage, ma jument est sans doute le dernier cheval que mr joseph a jamais ferré, dieu s’il avait une dextérité folle pour travailler le fer, mais pour le ferrage il avait un peu perdu la main ! et avait mis a ma petite jument des fers de cheval de labour comme si on avait chaussé une jeune fille avec des bottes de taille 48 !

La rue du marchais, le lundi matin devenait donc une sorte de foire de maquignons avec les bêtes attachées aux anneaux tout le long de la rue montante et les vachers et garçons de ferme a discuter en attendant leur tour

en haut on entendait battre le fer

A l’Age où je pêchais le goujon ,les tracteurs avaient pris le pas ,la rue avaient perdu ce rendez vous quotidien

chroniques de mon village : janvry n°1 mémoires affectives
chroniques de mon village : janvry n°1 mémoires affectives

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian SCHOETTL
commenter cet article

commentaires

Françoise Drago 16/04/2015 08:06

J'adore lire et imaginer.
Merci Christian

patricia 14/04/2015 23:56

J adore ces souvenirs ... mme Larue une sainte femme dans mon souvenir..